Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 22:14




26 août 2009 10:05:21 GMT

 

BANGUI, République centrafricaine, 26 août (UNHCR) - Le personnel du HCR a trouvé plus de 2.000 civils déplacés vivant dans des conditions effroyables à quelque 400 kilomètres au nord de Bangui, capitale de la République centrafricaine (RCA), malades, affamés et forcés de boire de l'eau aux côtés de leurs vaches.

«J'ai travaillé avec beaucoup de personnes déplacées intérieur (IDP) et des réfugiés en RDC (République démocratique du Congo), le Tchad et la Côte d 'Ivoire, mais je n'ai jamais vu des gens vivre dans de telles circonstances", a déclaré Annika Sjoberg, associé du HCR agent de protection à Bangui, l'un des premiers à parler avec les villageois.


Isolés depuis des mois en raison de l'insécurité, ces personnes déplacées, qui sont surtout d'origine Ngamas de Kabo, ont déclaré avoir fui les attaques contre leurs maisons par divers groupes armés début Novembre dernier et à nouveau en avril. Ils demeurent maintenant dans les villages de Bokayanga, Kengar, Gonkira, Gbaizara et Batangafo près de la petite ville de Kabo.


Le personnel du HCR, qui n'a accédé aux personnes déplacées que dans la deuxième semaine du mois d'août dans le cadre d'une mission inter-institutions, a indiqué que les personnes déplacées n'ont qu'un accès très limité à l'eau potable et dans certains endroits, elles sont obligées de boire de l'eau en même temps que leur bétail.


Ils vivent dans des huttes de boue et face à des risques graves pour la santé à cause du manque d'eau et installations sanitaires. Diarrhée et le paludisme sont très répandus. Les soins de santé de base ne sont uniquement disponibles que dans la ville de Kabo, très éloignée de leur emplacement actuel. La plupart de leurs aliments ont été détruits par les criquets ou volés par des bandits armés.


Les personnes déplacées ont également dit au HCR à propos viols, meurtres, arrestations arbitraires, la torture et la destruction de biens. Ils ont dit que ces atrocités ont été perpétrées principalement par des éleveurs armés, mais aussi par des bandits et autres groupes armés dans la région, y compris les soldats du gouvernement.


Sjoberg
a dit qu'elle a interrogé les parents de deux filles de 12 ans ans qui ont été violées, l'une quand elle est allée chercher de l'eau et l'autre à la maison en face de ses parents. "Au moment d'interroger les femmes et les hommes, on pouvait vraiment sentir leur colère et de désespoir", a-t-elle ajouté.


Il n'y a pas eu d'affrontements dans et autour de Kabo depuis Juillet lorsque les forces gouvernementales et les rebelles du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ont signé un accord de paix qui a conduit à améliorer l'accès humanitaire à la région.


Malgré cette amélioration, les personnes déplacées ont peur de retourner dans leurs villages d'origine en raison du harcèlement continu par des éléments armés. Ils ont fait appel pour l'eau potable, la nourriture, l’éducation, la protection gouvernementale contre les éleveurs de bétail armés, et pour la sécurité en général. Ils ont également dit qu'ils voulaient des bâches en plastique pour les abris temporaires pendant qu'ils reconstruisent leurs maisons.


Le HCR espère que les conditions de sécurité vont se poursuivre afin qu'il puisse apporter assistance à ces personnes, et a demandé à des organismes médicaux pour envoyer des cliniques mobiles afin d'aider les familles.


On estime à plus de 125.000 personnes, dont beaucoup de femmes et d'enfants, ont été chassées de leurs foyers dans le nord depuis 2005. Un autre groupe de 137.000 sont réfugiés dans le Tchad voisin et le Cameroun.

Le HCR a appuyé les personnes déplacées dans la région de Kabo, depuis 2007, quand elle a ouvert un bureau à proximité de Kaga-Bandoro.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire