Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 17:28





                                 Omar Foto

Birao, le 26 août 2009 (IRIN) - En tant que chef du village, Foto Omar se sent responsable de plus de 40 familles actuellement hébergées dans un camp improvisé au coeur de Birao, dans l'extrême nord. «Nous sommes bloqués ici," a déclaré Foto à IRIN. "Ce n'est pas sûr d'aller 2 km en dehors de Birao. Je suis très malheureux ici. Il n'y a pas assez à manger. Les enfants sont traumatisés. Ce n'est pas là où ils devraient normalement dormir. Leur école a été détruite."

L'agriculture à petite échelle et de pêche qui avait gardé ses gens n'était plus possible. "Il n'ya rien de travail, at-il souligné.


Toumo, 5 km de son village à l'extérieur de Birao, et des villages voisins ont été incendiés par des hommes armés dans ce que Foto décrit comme «les événements du 6 Juin". Rapports du nord-est au moment indiqué à une attaque tôt le matin par des membres armés de la communauté Kara, avec les Raiders de cibler à la fois un camp militaire à Birao et les villages voisins.

La Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT), qui dispose d'un contingent militaire à Birao, a condamné la violence sur les tensions renouvelées entre les Goula et les communautés de Kara. L'ancien rebelle de l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR), qui s'est fortement appuyée sur le soutien Goula dans le passé, a accusé les combattants Kara de vouloir déstabiliser le nord-est, saboter un processus de paix déjà fragile. L'UFDR a rejoint les troupes des Forces armées centrafricaines (FACA) dans un contrôle d'opération de nettoyage, reprenant Birao et ses environs. Mais des centaines de villageois ont été déplacés par les combats, soit à Birao fuient ou dans la brousse. La plupart ne sont pas retournés. D'autres incidents ont été signalés le 21 Juin, avec au moins trois personnes tuées.


Les besoins alimentaires


Le chef de police à Birao, le colonel Dieudonné Sereggasa, qui a pris ses fonctions en Juillet, a reconnu une longue histoire de relations difficiles entre la Kara et Goula. «Cette guerre n'a pas commencé aujourd'hui. Elle remonte loin dans le temps, de génération en génération. Allumer une allumette et il commence à nouveau." Mais Sereggasa dit tensions s'étaient apaisées à Birao après plusieurs réunions et que les gens circulent désormais librement. Il a fait à une augmentation de l'activité commerciale. "Faire les magasins dès maintenant ou le marché et vous trouverez beaucoup plus de produits", Sereggasa déclaré à IRIN. "Il ya un retour à la normalité».


Mais Sereggasa et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont tous deux souligné la nécessité d'une injection immédiate d'une aide alimentaire supplémentaire, avec les autorités locales catégoriquement que les fournitures prévues sont insuffisantes. Le représentant du PAM Sitta Kai-Kai a déclaré que le PAM aurait besoin de 500.000 dollars pour voler dans 250mt de l'aide alimentaire à Birao en Septembre. Les activités de camionnage, qui sont lourdes et coûteuses, seraient rendues impossibles pendant la saison des pluies qui court jusqu'en Novembre.


 Le PAM a prépositionné de la nourriture pour six mois pour 11.000 bénéficiaires dans la région de Birao en avril. Mais après les combats Juin, 13000 personnes nécessitent de l’aide. "Nous n'avions pas prévu pour cela," Kai-Kai a déclaré à IRIN. «Nous allons être à Birao pendant quelque temps, pas seulement aujourd'hui ou demain. Les gens n'ont pas les aliments cultivés cette année et ce qui veut dire aussi l'an prochain." a dit Kai-Kai que la capacité des populations à se nourrir dépend des garanties de paix et de sécurité.


Sécurité craintes


Birao a été pratiquement vidé et détruit par les combats en Novembre 2006 et Mars 2007, avec l'UFDR qui se battait contre les troupes gouvernementales soutenues par les militaires français pour le contrôle de la ville. L'accord de paix signé par l'UFDR et le gouvernement en avril 2007 a conduit à une période de stabilité relative.

Mais les attaques de Juin ont déclenché la crainte d'une détérioration de la sécurité à Birao et autres parties de la préfecture du nord-est de Vakaga, avec des conséquences humanitaires graves.

"Pour le moment la saison des pluies est la protection de Birao, « Jérôme Voisin de l’ONG Triangle a déclaré à IRIN, laissant entendre que les groupes armés représentant en principe la communauté Kara avait déjà envoyé l'alerte d'attaques plus proche de la ville principale. Triangle qui a distribué l'huile, du sel et du maïs pour le PAM, a abandonné le travail de développement dans la région de Birao, en se concentrant exclusivement sur les besoins d'urgence. Voisin a déclaré que Triangle tiendrait des consultations avec la MINURCAT et d'autres partenaires pour tenter de rester actifs et en toute sécurité dans la Vakaga.

Attaques de la LRA


Kai-Kai dit que les agences comme le PAM ont constamment pris en compte les nouvelles urgences et les problèmes de sécurité dans leurs projections, en notant les rapports de nouvelles attaques de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA) autour d'Obo, dans le sud-est de la préfecture du Haut-Mbomou.

 
Alexis Mbolinani de la Jeunesse unie pour la protection de l'Environnement et Communauté (JUPEDEC), qui est active dans le sud-est, a  indiqué que les attaques de la LRA avait eu un impact dévastateur. «Quandles rebelles de la LRA viennent, ils prennent tout," a déclaré Mbolinani à IRIN. «Ils créent la peur parmi la population. Ils enlèvent les gens, ils violent nos femmes. Il n'y a personne vivant en dehors de 3 km d’Obo. Ils ont pillé tous les stocks de nourriture. Il y a un vrai problème de sécurité alimentaire là-bas."


Le Ministre de la RCA de la Planification, de l’économie et de la coopération internationale, Sylvain Maliko, a déclaré que les développements de la situation dans le sud-est ont mis en évidence la vulnérabilité du pays face aux retombées de ses voisins volatiles. "Nous n'avons pas la capacité de répondre à ces conflits", a déclaré à IRIN Maliko, tout en soulignant que la situation de la sécurité intérieure de la RCA s'est améliorée de façon significative.




 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire