Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 23:59




Un coin du voile commence peu à peu à se lever sur l’assemblée générale constitutive du nouveau parti KNK de Bozizé qui s’est déroulée à Boali les 20, 21 et 22 août dernier ainsi que sur l’ambiance qui y a prévalu. Selon le compte-rendu fait par certains témoins sur place, le comité d’organisation de l’assise qui a été piloté par l’argentier de Bozizé, Sylvain Ndoutingai qui a du reste également trôné au présidium de l’AG, ce dernier n’a ménagé aucun effort pour marginaliser et tenir à l’écart un certain nombre d’indésirables, en particulier les ténors de l’ancienne Convergence KNK comme l’actuel ministre de l’agriculture, le fantasque Fidèle Ngouandjika, Jean Eudes Téya, le pittoresque ministre des sports, Aurélien Simplice Zingas, le ministre des télécommunications et non moins homme de main de Cyriaque Gonda, Thierry Maléyombo, le ministre d’Etat Anicet Parfait May dont tous se méfient, pour ne citer que ceux-là. C’est à peine si on les a laissés entrer dans la salle de réunion. Ils ont été cantonnés longuement au loin et sous le soleil par un imposant cordon de soldats de la garde présidentielle avant d’être conduits sur les lieux par minibus. D’après des sources dignes de foi, certains d’eux n’avaient même pas reçu de carton d’invitation. C’est dire combien ils étaient attendus …!


Ndoutingai


A la présidence du bureau politique provisoire, Bozizé surprend tout le monde en désignant un de ses anciens compagnons de la Coordination des Patriotes Centrafricains (CPC) qui l’avait soutenu depuis Paris dans le processus de sa violente prise du pouvoir en mars 2003, le vieux lutteur et militant, Joseph Kiticki-Kouamba, actuellement son conseiller diplomatique, pourtant absent de cette assise car présentement à Paris pour des raisons médicales.


Tout cela n’était certainement pas du goût de Ndoutingai l’argentier de Bozizé dont l’amertume devait le disputer à la déception. Il n’aura pas perdu sur toute la ligne car Bozizé a néanmoins retenu comme vice présidente une de ses maîtresses, l’actuelle ministre du tourisme, Mme Solange Ndakala Pagonendji alias « Arome Maggi », surnommée ainsi à Bangui par les mauvaises langues pour son opportunisme car pouvant être mise dans toutes les sauces. Lors de la présentation par Bozizé des membres du nouveau bureau politique du KNK, elle a été huée et son nom copieusement sifflé par la salle.


Ce sont là les désagréments et conséquences d’une direction de parti non démocratique mais imposée à la base par la seule volonté du président fondateur. Cela en dit long sur la véritable nature de ce parti que par démagogie, le président fondateur veut « travailliste » et d’obédience « social-démocrate ». Outre le caractère non démocratique du fonctionnement de ce nouveau KNK, l’adoption aussi en si peu de temps des statuts et du règlement intérieur de ce parti laisse planer quelque doute sur le sérieux qui a été accordé aux débats sur ces textes fondamentaux.


Par ailleurs, certains participants de l’assise de Boali ont eu à déplorer la modicité du montant des per diem qui leur ont été alloués (un forfait de 20.000 F CFA) environ 30 euros en gros alors qu’ils attendaient davantage. A peine né, le KNK enregistre déjà ses premiers déçus.
 

avait en réalité conçu et verrouillé les choses de façon clanique. Le nouveau KNK ne devait être désormais dirigé que par  les Gbaya du clan Gaga à l’exclusion de tous les  opportunistes qu’ils ont eu le temps d’observer. C’est ainsi que lors de la clôture des travaux, une liste des membres de la nouvelle direction provisoire du parti KNK avait été établie par le même Ndoutingai et soumise à Bozizé qui, ayant flairé que la base n’allait pas suivre, a dû in extremis, faire le choix de désigner d’autres personnes que du reste, Ndoutingai déteste cordialement comme par exemple Levy Yakité, trésorier général adjoint et Claude Lenga, rapporteur général adjoint.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique