Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 20:56






NDLR : On croît rêver ! Bozizé qui décide de créer un parti "travailliste d'obédience social-démocrate". A quand l'adhésion de ce parti à l'Internationale Socialiste ? C'est une mauvaise plaisanterie. Un putschiste, même reconverti aux valeurs de la démocratie et du travaillisme, reste un putschiste et ne peut être admis à l'Internationale Socialiste. Bozizé est pasteur de la secte du Christianisme céleste. Il est membre de la franc-maçonnerie. Après avoir introduit les mercenaires zakhawa tchadiens et détruit le pays avec sa calamiteuse rébellion; après s'être rendu responsable des années durant, de nombreux crimes de guerre et crimes contre l'humanité dans plusieurs préfectures du pays en particulier dans le Nord Ouest, Bozizé cherche-t-il maintenant à se refaire une virginité ?  La démagogie consistant à recourir au langage pseudo ouvriériste et à une phraséologie social-démocrate ne trompera personne. Ce n'est ni plus ni moins de l'imposture !  




Discours de clôture par Bozizé de l’Assemblée générale constitutive du KNK 

Boali
22 août 2009


Nous voilà à la fin des travaux de l’Assemblée générale constitutive de notre parti. Cet événement qui nous réunit une fois de plus aujourd’hui laissera dans toutes les mémoires un souvenir ineffaçable.


Rien ne pouvait être plus agréable que la constitution de notre parti, le KNK. J'éprouve le double plaisir de me voir entouré d'ouvrière· et d’ouvriers engagés, mobilisés et disponibles, et parler de la vertu cardinale du travail, gage de notre liberté et de notre prospérité. Avec force et conviction, vous avez toujours réclamé la formation de notre mouvement politique pour lequel vous avez oeuvré inlassablement.

Je vous donne entièrement raison car sans organisation, sans structure politique de base,  notre philosophie ne saurait mieux se construire, se développer, se raffermir pour être utile.


Vous avez tous été témoins de la déconfiture et de la faillite de notre société provoquée, en grande partie, par l'absence d’une
culture et d'une formation politique capable de valoriser les compétences nationales et de donner le sens du patriotisme, le goût du travail aux Centrafricains. C'est avec fierté que nous avons pu donner, à l'issue de ces assises de 48 heures la naissance au 1a naissance au KNK, parti-travailliste d'obédience social-démocrate.


Comme je le disais dans mon discours d’ouverture et je ne me suis pas trompé en vous disant : vous avez fait un excellent travail propre à notre philosophie en adoptant avec enthousiasme et convivialité tous les textes fondateurs de notre jeune parti. Selon les comptes-rendus qui m’ont été faits, la naissance du KNK marque la fin d’une vieille époque de transhumance politique, de délation, de détournements de biens publics, de paresse, de mal gouvernance et de précarité. Ces maux ont entraîné la déchéance de notre société et failli mettre en péril notre unité nationale. Le KNK prône la dynamique de la locomotive et une politique de rupture avec le passé. Il constitue un nouvel élan pour le développement économique et social de notre pays.


Ouvrières, et ouvriers, notre enfant tant attendu est né. Il faut l’entretenir et prendre soin de lui dans l'intérêt supérieur de la nation.
  

En paraphrasant un grand homme d'état, ne dites pas qu'est-ce que la parti KNK pourra faire pour vous, mais plutôt dites qu'est-ce que vous devez faire pour le KNK. 
 

Avec la naissance de votre parti, plus personne ne pourra désormais vous demander d'aller dans telle ou telle formation politique parce qu'elle appartiendrait au père fondateur que je suis.
  

Après votre difficile et longue marche parsemée d'obstacles, des menaces et de manipulations vers la création du KNK, je vous invite désormais à ne plus céder aux habituelles manipulations politiques tendant à vous désorienter des axes de votre propre développement.


Que ceux qui vous trompaient hier et qui n'ont rien fait ni pour vous ni pour le peuple centrafricain ne reviennent plus jamais à la charge pour détruire ce que vous avez semé.


Votre traversée du désert est terminée. Vous êtes désormais à Cana. Il vous appartient donc de vous organiser dans la discipline, le Travail, la Justice et le Progrès, conformément à la devise de notre parti. Le KNK doit d’abord mobiliser et compter sur ses propres efforts. Je sais compter sur votre capacité de mobilisation et de sensibilisation pour restituer fidèlement aux ouvrières et ouvriers qui n’ont eu l’occasion de partager avec nous le moment historique les idéaux sacrés du KNK.


Ouvrières, ouvriers, mes chers compatriotes,


La communauté humaine que vous formez doit se souder et se soulever pour porter quelque chose qui est plus grand qu'elle. Ce dont nous avons la charge, ce n'est pas seulement le destin du KNK dans la vie politique centrafricaine; ce ne sont pas les intérêts moraux et matériels du parti; Ce n'est pas une étiquette.

Ce dont nous avons la charge, c'est l'espérance d'un pays qui avait depuis longtemps oublié le sens de ce mot et la vertu du travail.


Le KNK est une force nouvelle, c'est une force de renouvellement et une force de rassemblement. Agissons ensemble pour bâtir.


Oui, ensemble, mais autour des idéaux de notre parti, à la manière des termites et dans la discipline, nous pouvons reconstruire un pays longtemps meurtri et je vous sais capables, j'ai le degré de votre engagement militant. Chacun de vous doit, une fois l’acte de naissance de notre enfant établi, vulgariser auprès de nos compatriotes les idéaux de KNK. Le travail, rien que le travail sans lequel aucune oeuvre de développement n'est possible.


J’invite solennellement nos compatriotes imbus de paix et de la vertu du travail à nous rejoindre dès aujourd’hui pour qu’ensemble, comme un seul homme, nous puissions reconstruire notre beau pays.

Je veux à mon tour et en votre nom vous dire que c’est en pleine conscience que nous avons décidé de créer un parti travailliste. Nous sommes là tous ensemble parce que nous avons choisi de changer la vie, la situation, le destin de notre pays.


A cet effet, j'instruis tous-les-cadres-du-parti assumant des responsabilités à quelque niveau que ce soit, de veiller sur les militants du KNK jusque-là objet de brimades-et de tracasseries de toutes sortes.

De votre côté, vous devez vous aussi faire preuve de courage, d'abnégation, d'intégrité, de rigueur et de discipline ... Car sans ces vertus nos efforts seront vains.


Quand le temps du congrès sonnera, nous mettrons en place les organes statutaires dynamiques de notre parti. En attendant ce moment historique et pour en faciliter la préparation, j'ai jugé utile de mettre en place un bureau politique provisoire restreint auquel j'ai confié la mission militante de faire reconnaître notre jeune parti.


Avant de terminer mon propos, je voudrais, de tout cœur, adresser mes vives et chaleureuses félicitations au présidium des assises qui n'a ménagé aucun effort pour mener les travaux à bon port.

Mes félicitations s'adressent au Comité préparatoire de l’Assemblée générale constitutive pour la qualité de l’organisation des assises.


A vous Ouvrières et ouvriers, les mots me manquent pour exprimer ce que je ressens : Félicitations, félicitations, félicitations ;


A vous tous venus de l’intérieur et de l’extérieur de notre pays, je vous souhaite bon retour dans vos foyers respectifs.


Je souhaite longue vie au KNK.

Vive le KNK ! Vive la République centrafricaine !

Que Dieu bénisse le KNK !

Je vous remercie.

 
Source: Radio Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique