Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 18:14




 
Source: Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR, 21 août 2009)


Ceci est un résumé de ce qui a été dit par le porte-parole du HCR à aujourd'hui au Palais des Nations de presse à Genève. De plus amples informations peuvent être trouvées sur le site Web du HCR, et www.unhcr.org www.unhcr.fr, qui devrait également être vérifiée régulièrement pour des mises à jour sur des médias non-exposé jours.


 Après des mois d'insécurité, c’est la semaine dernière que le HCR a eu accès à une zone éloignée de quelque 400 kilomètres au nord de Bangui, la capitale de la République centrafricaine (RCA). Notre personnel, qui est allé dans la région dans le cadre d'une mission inter-institutions, a trouvé plus de 2000 civils déplacés vivant dans des conditions effroyables dans et autour de la ville de Kabo et les villages des environs de Bokayanga, Kengar, Gonkira, Gbaizara et Batangafo.


 Ces personnes déplacées (PDI), qui sont principalement d’ethnie Ngamas de Kabo, ont déclaré qu'elles ont été forcées de quitter leur foyer, fuyant les attaques lancées par différents groupes armés depuis Novembre dernier et à nouveau en avril de cette année.

Le personnel du HCR a signalé que des personnes déplacées n'ont qu'un accès très limité à l'eau potable et dans certains endroits, elles sont obligées de boire de l'eau dans les champs ouverts, avec leur bétail. Les personnes déplacées vivent dans des huttes en terre et les conditions de vie sont désastreuses. Il existe de sérieux risques pour la santé dus au manque d'eau et d'assainissement.


 Les cas de diarrhée et de paludisme sont très répandus. Les soins de santé de base sont possibles uniquement dans la ville de Kabo, distante de plusieurs heures de marche de leur emplacement actuel. Elles ont besoin de nourriture puisque les récoltes ont été détruites par les criquets ou volées par des bandits armés.


Les communautés de personnes déplacées ont appelé pour l'accès à l'eau potable, la nourriture, l'éducation, la protection de l'armée gouvernementale contre les éleveurs de bœufs et d'une manière générale pour plus de sécurité, en plus de bâches de plastique pour les abris temporaires pendant qu'ils reconstruisent leurs maisons.


 Les personnes déplacées, a également dit le HCR, sont victimes de généralisation des cas de viols, de meurtres, d'arrestations arbitraires, de torture et de destruction de biens. Selon les personnes déplacées, ces atrocités ont été perpétrées principalement par l'armée d'éleveurs, mais aussi par des bandits et d'autres groupes armés dans la région, notamment par des soldats gouvernementaux.


 Il est estimé que plus de 125.000 personnes déplacées ont été forcées de quitter leurs foyers dans la nord de la RCA depuis 2005, beaucoup de femmes et d'enfants. En outre, 137.000 sont réfugiées dans les pays voisins du Tchad et du Cameroun


 Le HCR a été le soutien de ces personnes déplacées dans la région de Kabo, depuis 2007, quand il a ouvert un bureau dans la ville voisine de Kaga-Bandoro.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire