Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 23:42





NAIROBI, 18 août 2009 (IRIN) - Des conflits ethniques dans le nord-est de la République centrafricaine (RCA) et les activités des rebelles ougandais dans le sud-est du pays ont entraîné le déplacement interne de milliers de personnes qui se retrouvent sans nourriture, protection ou abri, selon un responsable des Nations Unies.

  « [Il y a eu] une recrudescence des violences ethniques dans la région de Vakaga, dans le nord-est du pays, en particulier entre les Goulah et les Karah. Ces affrontements ont poussé d'autres personnes à quitter la région, et pour certains, à se réfugier au Tchad », a indiqué Nick Imboden, chargé de la gestion de l'information auprès du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) en République centrafricaine.

  « La situation se détériore depuis plusieurs mois, avec de fréquents affrontements, des victimes et des maisons incendiées », a-t-il ajouté.

 Depuis le début de l'année, environ 18 000 personnes se sont réfugiées au Tchad. Certains fuient les affrontements entre les forces du gouvernement et les rebelles, d'autres tentent d'échapper aux accrochages interethniques.

  Récemment, Catherine Bragg, Coordonnatrice adjointe des secours d'urgence des Nations Unies, a qualifié la situation humanitaire en République centrafricaine d'« unique ». Le pays est le deuxième sur la liste des pays les plus pauvres du monde après la Sierra Leone.

  Les institutions gouvernementales sont « quasi absentes » à l'extérieur de Bangui, la capitale, les forces de sécurité, très faibles, l'insécurité, permanente, et les groupes rebelles semblent se satisfaire de la situation et n'avoir aucun agenda spécifique, a ajouté Mme Bragg, qui est également Sous-secrétaire générale aux Affaires humanitaires, en s'adressant à des journalistes à New York.

  En juin, plus de 600 foyers ont été brûlés et 3 700 personnes ont été déplacées à la suite de violences ethniques à Birao (également dans la région de Vakaga), quelque 1 200 kilomètres au nord-est de Bangui.

  D'après Sitta Kai-Kai, représentante du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies en RCA, le nombre de déplacés à Birao a plus que triplé depuis les récentes attaques. En août, le PAM a distribué ce qui lui restait de vivres prépositionnés à 14 000 personnes, incluant des personnes déplacées et des populations locales.

  « La saison des pluies rend les routes pour accéder à Birao difficiles, voire impraticables », a-t-elle ajouté. « Le PAM cherche d'urgence 500 000 dollars pour organiser un pont aérien afin de répondre aux besoins de ces populations en septembre et reconstituer les stocks épuisés qui ne peuvent être acheminés par la route ».

  Attaques de la LRA

  Dans le sud-est du pays, plus de 1 000 habitants des régions voisines se sont temporairement installés à Obo, dans l'extrême est de la RCA, suite à des attaques des rebelles ougandais de l'Armée de résistance du seigneur (LRA) sur Goubéré (cinq kilomètres au nord-ouest d'Obo) et Ligoua (20 kilomètres au sud-est d'Obo), selon les autorités locales.

  On rapporte que 100 autres villageois de Ligoua sont accueillis dans des familles à Obo.

  « Les attaques de la LRA sont incessantes. On rapporte chaque semaine de nouveaux incidents. Ils ne sont pas majeurs, mais fréquents », a indiqué M. Imboden.

  Environ 2 000 personnes déplacées et réfugiés de la RDC vivent dans la région d'Obo, mais il est probable que d'autres vont y affluer. « Le problème [à Obo], c'est qu'il n'y a pas beaucoup d'organisations humanitaires. C'est pourquoi nous n'avons pas pu mener une évaluation adéquate de la situation », a-t-il poursuivi.

  Les Nations Unies planifient la mise sur pied d'une mission inter-agence de deux semaines afin de distribuer de l'aide et d'évaluer la situation, a-t-il ajouté. A l'heure actuelle, COOPI et ACTED sont les seules ONG internationales présentes sur place.

  Les rebelles de la LRA ont fui leurs bases en RDC pour la RCA et le sud du Soudan après avoir été la cible d'interventions militaires.

  Déplacement de population dans le nord-ouest

  En 2007, les combats, en particulier autour de Paoua, dans le nord-ouest du pays, ont entraîné un déplacement de population à grande échelle. Plus de 100 000 réfugiés ont fui au Tchad et au Cameroun et 100 000 autres personnes se sont installées dans la brousse.

  Pour l'instant, la paix se maintient dans cette région et il n'y a pas eu d'attaques majeures récemment. Les habitants craignent toujours de retourner chez eux malgré la signature, en 2008, d'un accord de paix entre les rebelles qui contrôlent la région et le gouvernement, puis la formation, en janvier, d'un gouvernement d'union nationale.

  D'une manière générale, la situation en RCA a été aggravée par le déclin économique des zones minières du sud-ouest du pays. Selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), la RCA a été plus rapidement et plus fortement affectée par la crise économique mondiale que la plupart des autres pays africains.

  « Outre les rebelles dans le nord du pays, l'agitation sociale potentielle dans le sud pourrait définitivement freiner les fragiles progrès que le pays a faits depuis l'élection démocratique de 2005 », a indiqué le 12 août la Humanitarian and development partnership team (HDPT) en RCA.

  Selon M. Imboden, les élections prévues pour 2010 risquent d'aggraver les tensions existantes. « [L'an dernier], nous étions plutôt optimistes, mais 2009 nous a démontré que nous avions tort : il y a eu des tensions entre les rebelles et la population dans le nord-ouest, de plus en plus d'affrontements interethniques dans le nord-est et l'apparition d'un nouveau groupe rebelle ».

  Le nouveau groupe, la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), a été créé début 2009 et a installé son quartier général sur la route entre Ndele et Ngarba [le long de la frontière tchadienne], dans le nord-est.

  Plus tôt cette année, la CPJP a affronté les forces du gouvernement, obligeant des civils à quitter la région et même, pour certains, à se réfugier de l'autre côté de la frontière à Daha, dans le sud du Tchad. Depuis, c'est l'impasse, et les premières tentatives de médiation du gouvernement doivent encore être acceptées par la CPJP.



© IRIN. Tous droits réservés.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire