Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 17:18





L'ambassadrice de l'UNICEF Mia Farrow
avec les mères et enfants centrafric
ains


NAIROBI, 13 août 2009 (IRIN) - Dans trois préfectures du sud de la République centrafricaine (RCA), au moins 16 pour cent des enfants demoins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë, et 6,6 pour cent de
malnutrition aiguë sévère, d'après le Fonds des Nations Unies pourl'enfance (UNICEF).

  Ces niveaux de malnutrition, qui sont supérieurs aux seuils d'urgence fixés à deux pour cent pour la malnutrition aiguë sévère (SAM) et à 15 pour cent pour la malnutrition aiguë globale (GAM), ont été observés dans les préfectures de Mambéré Kadei, Sangha Mbaéré et Lobaye.

  « Si on tient compte à la fois du nord, touché par le conflit, et du sud, plus stable, près de 700 000 enfants de moins de cinq ans sont dans une situation considérée comme inacceptable », a indiqué Jeremy Hopkins,
représentant de l'UNICEF en RCA. « Beaucoup d'entre eux glissent vers l'extrême limite de la survie  ».

  La RCA est classée 178e sur 179 pays dans l'Indice de développement humain des Nations Unies. Un enfant sur cinq meurt avant l'âge de cinq ans, et moins de la moitié sont scolarisés jusqu'à la fin de l'école
primaire. Seulement 31 pour cent de la population ont accès à des installations sanitaires adaptées.

  « La situation des enfants du sud est particulièrement préoccupante, car leur état nutritionnel se détériore, tandis que les perspectives de financements sont de plus en plus sombres », a déclaré M. Hopkins.

  D'après l'UNICEF, dans les régions étudiées, environ 16 710 enfants sont en danger. Dans l'ensemble du pays, plus d'un dixième des enfants âgés de six à 59 mois souffrent de GAM, et 2,3 pour cent de SAM.

  L'UNICEF a lancé un appel aux donateurs, dans l'espoir de réunir 1,5 million de dollars pour financer des aliments thérapeutiques, des médicaments et d'autres ressources permettant de sauver des vies.

  « Nous devons nous assurer que tous les enfants malnutris reçoivent les compléments alimentaires nécessaires à la restauration de leur état nutritionnel », a dit M. Hopkins à IRIN. « Pour les enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère, c'est une question de vie ou de mort ».

  « Les risques de mortalité sont neuf fois plus élevés chez les enfants [souffrant de malnutrition aiguë sévère] en raison de leur état nutritionnel catastrophique », a-t-il ajouté. « A l'heure actuelle, nous disposons des moyens minimum pour intervenir dans les poches de malnutrition croissante qui ont été identifiées ».

  Le conflit actuel et l'insécurité dans le nord et le nord-est de la RCA ont rendu les populations particulièrement vulnérables. Le pays n'a as connu de période de sécurité durable depuis l'indépendance, en 1960 les attaques de bandits et autres groupes armés restent courantes, algré la signature de plusieurs accords de paix.

  En juin, plus de 600 maisons ont été incendiées et 3 700 personnes éplacées suite à des violences ethniques à Birao, à environ 1 200 ilomètres à l'est de Bangui, la capitale. Cette zone est complètement
inaccessible pendant la saison des pluies (de mai à octobre) car les outes sont impraticables, ce qui limite les possibilités d'intervention humanitaire.

aw/mw/il/ail[FIN]

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire