Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 22:41




 

Sur ordre du procureur de la République Firmin Feindiro, une grande opération de recherche et de fouille par les services de sécurité a été menée dans la nuit du 6 au 7 août dernier au quartier Gobongo dans le 8ème arrondissement de Bangui. Dès minuit, notamment le domicile de Mme Yvonne Ndoyo, ex militante PSD et candidate malheureuse aux dernières législatives de 2005 contre Willibona Kocsis (un KNK parent de Bozizé de cet arrondissement) - devenue depuis, une égérie du président Ange Félix Patassé - a été encerclé par les forces de sécurité et particulièrement fouillé de fond en comble, même les puits et les latrines n’ont pas été épargnés.


Selon certains témoins, ce sont des rumeurs faisant état de la présence de l’ex président Ange Félix Patassé qui serait hébergé depuis quelques jours au domicile de Mme Ndoyo qui seraient à l’origine de cette investigation. Patassé est-il « wanted » à Bangui ? On croyait que depuis sa réconciliation avec Bozizé à la tribune du dialogue politique inclusif de décembre 2008, il pouvait désormais rentrer tranquillement au pays. D’autres encore prétendent que c’est suite à une information faisant état d’une infiltration massive dans Bangui d’éléments armés hostiles au régime en place ces derniers temps, qu’aurait été déclenchée cette fouille qui a duré jusqu’aux premières heures de la matinée du vendredi 7 août. Visiblement la paranoïa du pouvoir de Bangui est loin de prendre fin.


Cette opération a-t-elle quelque chose à voir avec la présence hier de Bozizé lui-même, qu’un témoin désirant garder l’anonymat a vu à la station d’essence du Rex (Pk 4 sur l’avenue B. Boganda) en train de superviser le ravitaillement en carburant des véhicules militaires ? Cette station qui appartient en effet à Bozizé a fait sa fortune lorsqu’il n’était encore que chef d’état major des Faca. Une bonne partie de la dotation de carburant de l’armée y était vendu à son profit personnel. Selon nos informations, il serait aussi en train de faire réhabiliter la soute de carburant de l’armée située à l’entrée du camp de Roux pour le cas où dit-on, il y aurait des troubles dans le pays suite à un vide juridique à l’expiration de son mandat actuel sans que son successeur soit désigné. On le voit, Bozizé a le sens de la prévision et de l’anticipation et s’est déjà fait à l’idée d’un report des élections et d’un exercice du pouvoir sans légitimité.


Il se prépare également à célébrer la prochaine fête de l’indépendance du 13 août sur les lieux de son crime, à Paoua, ville dont les populations ont souffert le martyr sous les balles de sa garde présidentielle et en particulier du tristement célèbre capitaine Eugène Ngaikoisset alias le « boucher de Paoua » qui,  tôt ou tard, doit rendre compte de ses crimes à la justice, soit nationale ou internationale. Bozizé doit seulement faire un aller retour à Paoua. Il est pour lui hors de question d’y passer une quelconque nuit, on ne sait trop jamais.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique