Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 19:55




 

BANGUI 7/8/2009 (AFP) –  Le nouveau Code électoral centrafricain a été déclaré conforme par la Cour constitutionnelle centrafricaine malgré les critiques de l'opposition, selon une décision dont l'AFP a obtenu vendredi la copie.


L'Assemblée nationale avait adopté fin juin un code électoral révisé suite à une recommandation d'un forum sur la paix. Les députés de l'opposition avaient boycotté le vote, estimant que l'article relatif à la désignation du président de la Commission électorale indépendante (CEI) ne garantit pas son indépendance.


L'article disputé a cependant été jugé conforme à la Constitution le 30 juillet par la Cour constitutionnelle, qui a siégé "suite à une demande d'avis formulée par le Président de la République".

L'institution a également approuvé le reste du texte à l'exception de deux articles mineurs -l'un relatif à la déclaration du patrimoine des députés, conseillers régionaux et municipaux, l'autre sur le cumul des mandats- qui "ne sont pas conformes à la Constitution", selon elle.


La Cour a demandé au chef de l'Etat, qui doit d'après la Constitution promulguer le nouveau code électoral dans les 15 jours suivant son adoption, soit de le promulguer sans ces articles, soit de le renvoyer à l'Assemblée nationale.

La révision du code électoral était l'une des recommandations d'un forum sur la paix tenu en décembre à Bangui qui a rassemblé pouvoir, opposition, mouvements rebelles et société civile de Centrafrique.


Le forum a préconisé l'organisation des législatives et d'une présidentielle "transparentes et équitables" en 2010, après des élections locales en 2009. Aucune date n'a encore été fixée.

La Commission électorale indépendante (CEI) sera chargée de préparer, d'organiser, de superviser et de contrôler ces élections avec le ministère de l'Administration du territoire.


Copyright © 2009 AFP. Tous droits réservés

 

 NDLR : En réalité, Bozizé avait déjà promulgué cette loi depuis le 3 août dernier en faisant fi des critiques de l'opposition quant à ce code électoral. Tout le reste n'est que brassage de vent. En clair, le verrouillage du processus électoral par Bozizé pour s'assurer sa victoire par la fraude est bel et bien en marche.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique