Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 19:09




 

ABUJA (AFP) - mercredi 05 août 2009 - 18h22 - Le président nigérian Umaru Yar'Adua a fait part de sa "profonde inquiétude" face au projet de son homologue et voisin nigérien Mamadou Tandja de se maintenir au pouvoir grâce à une nouvelle Constitution, selon un communiqué présidentiel mercredi.

"Tout en transmettant mes meilleurs voeux à mon frère, le président Tandja, je me dois d'exprimer notre profonde inquiétude face à la situation politique au Niger en ce qui concerne le projet d'auto-succession" de Tandja, a déclaré Umaru Yar'Adua.


Il a tenu ces propos lors d'une rencontre mardi avec l'ambassadeur sortant du Niger au Nigeria, est-il précisé dans le communiqué.

Soulignant les "liens très spéciaux" des deux nations voisines, Yar'Adua a estimé que son pays ne pouvait ignorer "tout ce qui peut mener à une crise en République du Niger".

Umaru Yar'Adua, actuel président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), a estimé que la situation au Niger n'était pas une "affaire intérieure".


"Car au sein de la Cédéao et de l'Union africaine, nous avons souscrit à certains principes comme la démocratie et la bonne gouvernance",
a-t-il dit.

Un référendum sur une nouvelle Constitution s'est déroulé mardi au Niger.

Ce texte est censé permettre au président de rester en fonction au-delà de la fin prévue de son deuxième quinquennat en décembre et de se faire réélire ensuite autant de fois qu'il le souhaite.


Pour arriver à ses fins, Tandja a dissous le parlement le 26 mai, puis fin juin la Cour constitutionnelle qui jugeait ce référendum illégal. Il gouverne seul par décrets et ordonnances grâce aux "pouvoirs exceptionnels" qu'il s'est arrogés.


Le Niger traverse une crise politique depuis des mois. L'opposition a dénoncé un "coup d'Etat" du président et la communauté internationale a tenté de le dissuader.

Bruxelles, qui a bloqué le versement d'une aide au budget de l'Etat, a menacé d'interrompre les aides financières.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE