Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 22:35





APA – Libreville 2009-07-29 15:52:25 (Gabon) La Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF), l’organe de régulation, a limogé, Willy Ontsia, directeur général de la Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (BVMAC), annonce un communiqué reçu à APA mercredi.


Le collège de la COSUMAF a retenu l’’’extrême gravité’’ des faits et a prononcé à l’encontre de M. Ontsia une "interdiction définitive’’ d’activité en qualité de directeur général de la BVMAC et a demandé au conseil d’administration de la BVMAC de procéder à son remplacement, précise le communiqué.


L’autorité de régulation du marché financier de l’Afrique central a motivé sa démission suite à une ‘’entrave aggravée’’ d’une mission d’inspecteurs de la COSUMAF à la BVMAC.

Le collège des membres de la COSUMAF est constitué des représentants de six pays membres et des représentants de la Commission économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC), de la Banque des Etats d’Afrique centrale (BEAC), de la Commission bancaire d’Afrique centrale (COBAC).


La BVMAC’ qui a démarré ses activités timidement en 2007, a lancé mardi, la première émission de l’entreprise privée ‘’Prix Import’’ sur le marché financier régional souscrit à hauteur de 100% pour un intérêt de 7% brut annuel, sous la houlette du directeur général limogé.

Cette bourse a véritablement lancé sa première en 2007 avec une opération d’un emprunt obligataire de l’Etat gabonais de 100 milliards de FCFA.

Créée par la volonté des chefs d’Etat de la CEMAC, la BVMAC a déjà eu trois directeur généraux, l’avant dernier, le Centrafricain, Yvon Psimhis, est viré le 14 juillet 2008 pour "insuffisance des résultats’’.


NDLR : Cette décision à l'égard de ce cadre gabonais qui s'est mué en pugiliste était la moindre des chose eu égard à la gravité des actes qu'il a posés. Il avait en effet osé frapper à la figure un des inspecteurs de la COSUMAF chargés d'auditer la BVMAC, de nationalité congolaise, avec lequel il n'était pas d'accord. Il doit impérativement changer de vocation. Les métiers de la bourse ne sont pas faits pour lui. Ce sont plutôt les rings de boxe qui l'attendent. Et dire que le conseil d'administration avait cru devoir virer arbitrairement le Centrafricain Yvon Psimhis pour ce Gabonais. Mal lui en a donc pris.      



Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE