Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 19:43




Une délégation du MLPC conduite par Luc Guéla partie depuis le vendredi 24 juillet 2009 de Bangui pour une  tournée dans l’Ombella-Mpoko afin de restructurer ses sous-fédérations, s’est heurtée une fois de plus aux agissements arbitraires du capitaine Vianney Semndiro de la garde présidentielle, commandant de la garnison de Bossembélé. Ce dernier leur a déclaré que sans les instructions du ministre de l’intérieur, lequel se trouve en déplacement actuellement en France, il ne les laissera pas franchir la barrière de Bossembélé où les responsables du MLPC étaient arrivés ce samedi matin à 9 heures locales.

Le général Jules Bernard Ouandet qui assure les intérims de ses collègues de l’intérieur et aussi celui de la défense, Francis Bozizé en déplacement en Arabie Saoudite, dit ne pas gérer la zone de Bossembélé. On tourne donc en rond, tout le monde se débinant devant ses responsabilités. Tout porte à croire qu’il s’agit de la traduction sur le terrain des consignes de Bozizé lui-même à l’égard du parti de l’un de ses challengers à la prochaine présidentielle, Martin Ziguélé.

Il y a quinze jours à peine, à l’aller et au retour de la délégation du candidat du MLPC Martin Ziguélé dans le Nord Ouest, celle-ci avait eu quelque maille à partir avec les éléments du même  capitaine Semndiro. C’est escortée par le commissaire et le commandant de brigade de gendarmerie de Bossembélé que la délégation de Martin Ziguélé a pu traverser la ville pour regagner Bangui. La dénonciation au cours d’une conférence de presse que Martin Ziguélé a faite de ces obstacles anti-démocratiques et de toutes les anomalies et autres magouilles pré-électorales du ministre de l’Intérieur Elie Ouéfio en faveur de son candidat, qu’il a découvertes dans l’Ouham Pendé  lors de sa récente tournée, a irrité ce dernier qui a cru devoir réunir à son tour la presse pour protester.

Elie Ouéfio se trouve actuellement en France aux frais de l’Etat, précisément à Lyon, pour restructurer dit-t-on, la cellule KNK de cette ville. Pourquoi alors interdire au MLPC de faire sur le sol national ce que lui aussi est venu faire en France pour KNK ? Les activités des partis politiques sont pourtant bien codifiées par des textes de loi. Ce n’est pas seulement en période campagne électorale que ceux-ci peuvent organiser des manifestations et activités qui contribuent normalement à l’animation de la vie nationale. Le chemin de l’Etat de droit est manifestement encore long avec Bozizé et ses bras armés.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique