Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 21:56




Tunis, 22 Juillet 2009 – (Tunisie) — Conçu pour contribuer à l'amélioration des conditions de vie des populations, particulièrement des groupes vulnérables, le projet vise à améliorer l'offre de services sociaux de base au niveau communautaire. Il sera mis en oeuvre sur une période de cinq ans, allant de 2010 à 2014 et comprend trois composantes :

Renforcement des capacités ; Développement des infrastructures de base ; et Gestion et suivi-évaluation.

 

Le projet couvrira 100 communes dans 10 des 16 préfectures du pays. Il s'agit de Lobaye et Ombella Mpoko (dans la région n° 1), Nana Mambéré, Mambéré Kadei, et Sangha Mbaere (dans la région n° 2), Ouham (dans la région n° 3), Kemo et Ouaka (dans la région n° 4), Basse Koto et Mbomou (dans la région n° 6). Les préfectures de la zone du projet représentent environ 2,5 millions d'habitants, soit 64% de la population totale du pays. Les bénéficiaires du projet sont les populations rurales pauvres de la zone du projet, particulièrement les paysans et les femmes, qui représentent environ 1,75 million de personnes.

 

Le PDCAGV vise à opérationnaliser le Document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP) préparé par le Gouvernement pour la période de 2008 à 2010, et le Document de stratégie de partenariat pays conjointe (DSPPC) préparé par la Banque et la Banque mondiale en RCA et qui couvre la période 2009-2012. Le projet réalisera à cet effet les principales activités suivantes : (i) la formation de 1500 paysans en vue d'améliorer leurs techniques agricoles, (ii) la fourniture de 240 kits à des groupements de paysans afin d'accroitre leur production agricole, (iii) la fourniture de 150 plateformes multifonctionnelles à des groupements de femmes afin d'alléger leurs tâches domestiques, notamment dans la transformation des produits agricoles, et (iv) la mise en service de 330 infrastructures sociales de base (55 écoles, 50 centres de santé, 55 marchés ruraux, 20 pharmacies villageoises, 35 aires de séchage, 30 magasins de stockage de produits agricoles, 80 puits et forages, 5 ponts ruraux et ouvrages de franchissement) pour améliorer les conditions de vie des bénéficiaires et le niveau des indicateurs sociaux du pays.

 

Environ 4000 enfants pourront être scolarisés chaque année dans les 55 écoles réhabilitées ou construites par le projet, et environ 7000 personnes pourront traitées dans les 50 centres de santé réhabilités qui seront mis en service par le projet. Les activités du projet amélioreront la production agricole des bénéficiaires d'environ 35%, et la réalisation des infrastructures sociales de base entrainera la création d'au moins 1000 emplois dans la zone du projet.

 

* 1 UC (unités de compte) = 1,58223 $ = FCFA 720,385 le 22/07/2009

 

Contact Felix Njoku

 

Copyright © 2009 African Development Bank.

 

 

 

Approbation de la Stratégie commune de partenariat BAD-Banque mondiale avec la République centrafricaine

22/07/2009

 

Tunis, le 22 juillet 2009 - Le Conseil d'administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé lundi à Tunis, le Document de stratégie de partenariat pays conjointe (DSPPC) de la BAD et du Groupe de la Banque mondiale (GBM) en République centrafricaine (RCA). Le document décrit la stratégie commune ainsi que le programme des opérations de financement et des travaux analytiques prévus par les deux institutions durant la période 2009-2012. 

Conçu pour promouvoir une croissance économique forte et la création d'emplois, à travers deux principaux axes d'intervention, le document vise la consolidation de la gouvernance économique et des capacités institutionnelles ; et  la réhabilitation et le développement des infrastructures socioéconomiques.

Le (DSPPC) réaffirme la volonté de la BAD et de la Banque mondiale de renforcer la mise en application des principes de la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide et de consolider les résultats réalisés dans le cadre du Document de stratégie intérimaire conjointe (DSIC). Il repose sur les principes stratégiques suivants :

  • Répondre aux priorités les plus urgentes qui sont identifiées au niveau du Document de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) de 2008-2010 de la RCA et du Cadre stratégique 2009-2011 de la Commission de consolidation de la paix des Nations unies;
  • Rechercher la sélectivité et les résultats tangibles ;
  • Maximiser les opportunités d'intégration régionale ;
  • Fournir un cadre pour assurer la continuité des appuis dans le cadre des ressources du Fonds africain de développement (FAD-12)  et de l'Agence de développement international (l'IDA-16).

Les activités de la BAD prévues en 2009-2010 seront financées par le FAD-11 (L'allocation pays de 17,72 millions d'UC soit 26,49 millions de dollars, l'appui supplémentaire de la Facilité pour les états fragiles (FEF) de 11,85 millions d'UC soit 17,72 millions de dollars, et l'appui ciblé de la FEF de 2 millions de dollars). Les activités prévues en 2011-2012 seront financées au titre du FAD-12. Les ressources de l'IDA-15 (34 millions de dollars) appuieront les interventions du Groupe de la Banque mondiale prévues en 2009-2011 et celles de l'IDA-16 en 2012.

Par ailleurs, conformément aux modalités d'utilisation des ressources du FAD et de l'IDA, la contribution totale de la RCA aux opérations régionales est plafonnée à un-tiers des montants dédites opérations pour l'IDA-15 et à 10% de l'allocation de la RCA pour le FAD-11.


Selon le document, la BAD et la Banque mondiale poursuivront les efforts visant à mobiliser des ressources de leurs enveloppes régionales en faveur des projets d'infrastructures économiques d'intégration régionale. « Avec l'assistance de la Banque mondiale, la RCA bénéficie des ressources du fond catalytique Education pour tous – Initiative accélérée (38 millions de dollars), et d'autres ressources complémentaires seront activement recherchées au niveau des différents fonds catalytiques et fiduciaires gérés par la BAD et la Banque mondiale, » a-t-il ajouté.
 

Le portefeuille actif des opérations de la BAD en RCA, qui est en cours de reconstitution depuis son réengagement en 2006, comporte quatre projets portant sur un montant total de 41,873 millions d'UC (62,60 millions de dollars) pour un montant décaissé de 12,176 millions d'UC (18,20 millions de dollars), soit 29,08%. Ce taux de décaissement est de 86,35% si on exclut le Programme régional de facilitation des transports sur les corridors Douala-Bangui et Douala-Ndjamena qui est une opération multinationale. Les secteurs couverts sont le multisectoriel pour un total de 12,8 millions d'UC (19,14 millions de dollars), soit 30,57%, le secteur des équipements collectifs qui bénéficie de l'appui de la Facilité Africaine de l'Eau pour un montant de 1,273 million d'UC (1,90 millions de dollars), soit 3,04% et le secteur des transports pour un montant de 27,8 millions d'UC (41,56 millions de dollars), soit 66,39%. Le portefeuille de la BAD est jeune avec un âge moyen des projets se situant à 1,4 année. La performance du portefeuille est satisfaisante, avec une note globale de 2,4 sur une échelle de 3.


Source : http://www.afdb.org/fr/news-events/article/board-approves-afdb-world-bank-joint-partnership-strategy-with-central-african-republic-4931/

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie