Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 01:52






La cupidité du régime Bozizé et sa propension au détournement des deniers publics prennent chaque jour des proportions inimaginables, voire inquiétantes et revêtent  souvent un caractère très audacieux. Il n’y a pas si longtemps, Centrafrique-Presse avait révélé en exclusivité que l’enveloppe de cinq milliards (5) de F CFA représentant la contribution des états de la CEMAC à l’accompagnement du suivi du Dialogue Politique Inclusif notamment par le financement du programme Désarment -Démobilisation-Réinsertion des mouvement armés, avait été perçue en totalité par le pouvoir de Bozizé via son argentier Sylvain Ndoutingai par des décaissements successifs à la BEAC de Bangui, en espèces sonnantes et trébuchantes. Ndoutingai n’avait d’ailleurs fait aucun mystère sur l’utilisation qu’ils allaient faire de cet argent en annonçant qu’une partie servirait à rembourser l’emprunt qu’ils avaient contracté pour organiser les funérailles de Mme Martine Kofio, mère de Bozizé décédée le 9 février dernier, et le reste allait permettre d’édifier un mausolée au village à celle-ci.

Certains pays membres de la CEMAC n’avaient pas encore versé leur part d’aide exceptionnelle à la RCA pour le financement du programme DDR. C’est par exemple le cas du Tchad qui, craignant que Bozizé et sa clique n’en fassent pas l’usage auquel cet appui financier est destiné, a clairement conditionné le versement de sa part à un virement au fonds fiduciaire ouvert au BINUCA pour gérer le DDR ainsi qu’au reversement préalable par Bangui, des cinq milliards premiers milliards de F CFA déjà décaissés par les autres pays de la CEMAC et touchés en totalité par Bozizé et Ndoutingai. Or manifestement, ceux-ci ayant déjà utilisé tout cet argent, éprouvent présentement de réelles difficultés à effectuer un virement au fonds fiduciaire du BINUCA. Pourtant Bozizé avait initialement annoncé que la totalité de cet argent allait être remise au BINUCA qui en assurerait la gestion. Où est parti cet argent ?

Le ministre d’Etat Cyriaque Gonda, obligé de fournir des explications aux différents membres du comité de pilotage du DDR qui ne cessent de le soumettre régulièrement à d’embarrassantes questions, se contente de répondre par de laborieux propos arguant que les dépenses seraient effectuées chaque fois en cas de besoin.  Mais dans les faits, rien n’est déboursé depuis lors et le comité de pilotage commence à perdre patience.

Interrogé par certains interlocuteurs sérieusement préoccupés du retard pris dans la mise en place du programme DDR, Bozizé lui aussi prétend que compte tenu du fait que l’enveloppe du DDR suscite des convoitises, il décide d’en assurer lui-même la gestion comme il le fait aussi pour les finances du pays en président lui-même le comité de trésorerie. Un peu court et facile comme prétexte. En réalité, Bozizé ayant déjà dilapidé intégralement l’enveloppe de cinq milliards F CFA de la CEMAC, il compte maintenant sur le trésor public national pour palier à ce qu’il faut bien appeler un détournement. Voilà la cruelle vérité qu’il ne peut oser avouer clairement.

Par ailleurs, la perspective de la tenue prochaine d’élections générales en Centrafrique en 2010 a brusquement plongé Bozizé et sa clique dans un frénétique et considérable besoin d’argent. Informé des résultats d’un discret sondage d’opinion qui lui sont très défavorables, lui prévoyant un score autour de 09 % au premier tour de la présidentielle, il a fait venir à Bangui plusieurs marabouts de l’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Mali et Nigeria) pour tenter de renverser la vapeur. Ceux-ci, c’est bien connu, sont de véritables pompes à fric qui vont le sucer financièrement jusqu’à la moelle.

Les besoins d’argent de Bozizé pour la période qui va de maintenant aux élections sont tels qu’il a entrepris une initiative diplomatico-financière tous azimuts. Actuellement, une délégation dirigée par Job Isima, Secrétaire général de la présidence et composée entre autre de Cyrus Sandy, un ancien cadre du MLPC reconverti au KNK, séjourne en Chine à la recherche d’opportunités financières pour renflouer la trésorerie de Bozizé. De même, la visité éclair effectuée à Bangui par le prince Al Walid Al Saoud d'Arabie Saoudite le jeudi 9 juillet dernier, présentée comme une visite d'amitié et de travail en République Centrafricaine à l'invitation du président François Bozizé, serait en réalité en rapport avec l’inadmissible projet de vente par Bozizé et sa clique, de certains pans entiers du territoire national à l’Arabie Saoudite, un peu comme l’avait fait l’ancien président Marc Ravolomanana de Madagascar avec la Corée du Sud. Mal lui en a pris. De son exil actuel, l’ex président malgache doit certainement regretter sa lubie. Puisse-t-il en être ainsi de Bozizé aussi, le cas échéant !

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique