Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 03:19




          Siège de la BVMAC à Libreville


Le conseil d’administration de la bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC) avait décidé le 14 juillet 2008 de limoger brutalement l’ancien Directeur Général, le Centrafricain Yvon Psimhis pour de prétendues  raisons d’insuffisance de résultats, l’opinion s’était beaucoup interrogée sur les véritables motifs de ce limogeage qui était pour le moins cavalier.

 

Certains observateurs étaient même allés jusqu’à mettre en doute la compétence des cadres centrafricains, et cela d’autant plus que l’éviction d’Yvon Psimhis intervenait après celle de son prédécesseur qui n’était autre que sa compatriote, Mme Marlyn Mouliom-Roosalem, virée elle aussi à l’époque pour les mêmes raisons dites d’insuffisance de résultats.

 

A peine un an seulement après le départ d’Yvon Psimhis de la tête de la BVMAC, son successeur gabonais, un certain Willy Ontsia qui n’est d’ailleurs pas étranger au complot ourdi pour virer le Centrafricain,  vient de se rendre coupable d’un grave incident en ce tout début du mois de juillet. En effet, à la demande de la Commission de surveillance des marchés financiers (COSUMAF), un audit a été effectué à la BVMAC dont les conclusions ont visiblement déplu à M. Willy Ontsia qui, après une certaine durée d’intérim, avait été désigné pour  succéder à Yvon Psimhis à la direction générale de la  BVMAC.

 

C’est maintenant à coup de biceps que M. Willy Ontsia a cru devoir résoudre les problèmes de la BVMAC. Il a physiquement agressé un des trois experts commis pour l’audit, un juriste congolais, en outre Responsable de l’Inspection à la COSUMAF. Il a été jusqu’à lui administrer un bon coup de poing à la figure, fracassant du même coup un des verres de ses lunettes dont un débris a blessé la victime à l’œil.

 

Naturellement celui-ci a dû se faire délivrer un certificat médical constatant les dégâts et un constat d’huissier a été établi. Les responsables compétents de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale ont été saisis de l’affaire. On s’étonne que le conseil d’administration de la BVMAC si prompt à virer les DG centrafricains puisse encore tarder à se prononcer sur le cas du DG gabonais voyou qui a succédé à Yvon Psimhis.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE