Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 15:57




Démission du Premier ministre gabonais

APA Libreville 2009-07-17 12:54:12 (Gabon) Le Premier ministre gabonais Jean Eyéghé Ndong a démissionné de ses fonctions vendredi à Libreville, et annoncé sa candidature à l’élection présidentielle anticipée du 30 août prochain, a appris APA de source sûre.

M. Eyéhé Ndong a également démissionné du Parti démocratique gabonais (PDG), une formation politique crée par le président Omar Bongo Ondimba, le 12 mars 1968, au sein de laquelle il occupait les fonctions de vice-Président.

«Je démissionne de mes fonctions de chef du gouvernement et j’en tire tout de suite les conséquences, c’est-à-dire ma démission du parti», a déclaré M. Eyéghé Ndong, joint au téléphone par APA.

Dernier Premier ministre du président Omar Bongo Ondimba, décédé le 8 juin dernier à Barcelone, dans le nord-est de l’Espagne, Jean Eyéghé Ndong, actuellement âge de 62 ans, avait été nommé chef du gouvernement en décembre 2006.

Cheveux grisonnants, yeux pétillant de malice et d’intelligence cachés derrière des lunettes clairs, Eyéghé Ndong s’est surtout illustré pour son fort penchant pour le social qui lui a valu des sympathies dans l’opinion.

C’est sous son magistère que le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG), bloqué à 40.000 FCFA depuis plusieurs décennies, est passé à 80.000 FCFA et qu’a été lancé le vaste chantier de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAMGS), une structure qui vient en aide aux Gabonais économiquement faibles.

Mais le Premier ministre démissionnaire s’est taillé une structure d’homme d’Etat, une crédibilité et une réputation internationale le jour des funérailles du président Omar Bongo Ondimba à Libreville.

Sortant de sa réserve habituelle, le chef du gouvernement a dénoncé, dans une allocution de haut vol, prononcée devant un parterre de chefs d’Etat, d’anciens chefs d’Etats, de représentants d’organisations internationales et de diplomate, les tractations qui se menaient dans les coulisses au sein du parti au pouvoir pour l’adoubement du fils du président défunt.

S’inspirant de la Bible, il avait mis en garde contre une dérive à la Roboam, ce prince des Saintes écritures qui, succédant à son père, avait pris pour conseillers des jeunes de sa génération plutôt que des sages de la Nation, et menacé de châtier le peuple avec des scorpions pendant que son père le faisait avec des roseaux.

Cet acte de courage a valu au chef du gouvernement, qui a démissionné de ses fonctions vendredi, une situation inédite au Gabon, une forte crédibilité. Surtout qu’il apparaît aux yeux de l’opinion, comme un «homme propre», après trois années passées à la Primature.



Gabon : André Mba Obame, candidat à la présidentielle du 30 août

MADRID (AFP) - vendredi 17 juillet 2009 - 11h43 - André Mba Obame, membre du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), a annoncé vendredi à Barcelone (nord-est de l'Espagne) sa candidature à l'élection présidentielle prévue le 30 août au Gabon, à la suite du décès d'Omar Bongo Ondimba.

"Je déclare ma candidature à la prochaine élection présidentielle", a déclaré M. Mba Obame à Barcelone, ville où l'ancien président Omar Bongo Ondimba était hospitalisé et où son décès a été annoncé le 8 juin, selon le texte de son discours remis à l'AFP.

"Après vingt-cinq ans d’apprentissage et de collaboration étroite aux côtés de feu le président Omar Bongo Ondimba. Je sais avoir été préparé à assumer cette grande responsabilité", a-t-il ajouté, dans ce discours intitulé "Appel de Barcelone du 17 juillet 2009".

André Mba Obame, 52 ans, a été ces dernières années ministre de l'Intérieur, avant de céder ce portefeuille à Jean-François Ndongou, autre membre du PDG, à la faveur du réaménagement du gouvernement le 19 juin.

Il est actuellement ministre de la Coordination et du Suivi de l'action gouvernementale.

Né le 15 juin 1957, formé en sciences politiques au Canada et en France, il est réputé ami d'enfance d'Ali Bongo Ondimba, 50 ans, fils du défunt président gabonais et depuis mercredi, candidat du PDG à la présidentielle. Les deux hommes ont animé au sein de cette formation un courant dit des "rénovateurs".

M. Mba Obame a été conseiller adjoint puis conseiller d'Omar Bongo dans les années 1980, avant de devenir ministre en 1990. Depuis, il a été en charge de plusieurs portefeuilles dans différents gouvernements (Agriculture, Droits de l'Homme, Education, Solidarité nationale...).

Une dizaine de Gabonais au total ambitionnent d'être candidats à l'élection présidentielle gabonaise.

Ce scrutin aura lieu le 30 août. Le dépôt des dossiers de candidature est prévu à partir de vendredi et jusqu'au 22 juillet. La campagne électorale sera lancée le 15 août à 00H00 pour deux semaines.

 


Appel de Barcelone d’André Mba Obame - 17 juillet 2009

«Demain sera meilleur qu’aujourd’hui !

C’est la promesse d’Omar Bongo Ondimba aux Gabonaises et aux Gabonais lors de la dernière élection présidentielle de novembre 2005.

Quelque temps plus tard, le 1er décembre 2007, au cours de cette allocution, qui est désormais son testament politique, il a rappelé sa détermination à poursuivre cet objectif envers et contre tout ! Le destin ne lui aura pas permis de réaliser cette forte espérance.

«Le moment venu, une autre génération reprendra le flambeau, car le chantier est permanent et les ouvriers doivent donc s’y relayer» nous a-t-il dit ce même jour.

C’est très ému, que de Barcelone où je me trouve en ce moment, je lance un appel à toutes les Gabonaises et tous les Gabonais.

J’invite sans exclusive au dépassement de chacun et au rassemblement de tous. J’invite à la mobilisation et au rassemblement: tous les acteurs politiques, toutes les formations politiques et aussi toutes les autres forces vives de notre pays.

Avec l’ambition de poursuivre l’œuvre de construction d’une nation prospère et d’un grand État, initié par le Président Léon M’ba et amplifié par le président Omar Bongo Ondimba.

J’ai la volonté de réaliser cette mobilisation et ce rassemblement pour qu’ensemble nous donnions un contenu à cette espérance historique et légitime de notre peuple : Préserver la stabilité, Préserver la paix et l’unité de la Nation. Construire un Gabon de justice, de liberté, de partage, et de prospérité. Pour chacun. Et pour tous !

C’est la noble ambition qui m’anime et qui justifie mon engagement de toujours au service de notre pays et du peuple Gabonais. Le 30 août prochain, l’élection du président de la République offre au peuple Gabonais l’occasion unique de choisir la voie de son avenir.

Pour ma part, je propose, dans la continuité, la voie de l’audace, de l’imagination, de la modernité, et du changement ! Nous héritons d’un pays en paix, d’un pays uni, d’un pays riche, que je m’engage avec l’aide de vous tous, à développer davantage pour mieux en partager les richesses.
Les priorités sont connues. Je veux faire du Gabon un grand pays. J’entends consolider la Démocratie autour des valeurs républicaines que sont : la justice, la liberté, la tolérance, le respect, l’équité, et la solidarité.

Le développement économique du Gabon, qui est mon premier objectif, doit signifier au quotidien l’implication de tous et l’amélioration significative des conditions de vie de nos populations.
Je veux du travail pour tous. Je suis convaincu que, dans un environnement où l’audace et l’imagination sont de mise, chacun peut trouver sa voie.

Je veux une maison digne et convenable pour chaque famille. Je veux pour tous et chacun un accès garanti aux soins de santé pour tous. J’affirme ici ma ferme volonté de faire aboutir le projet que j’avais initié autrefois sur l’assurance maladie obligatoire.

Un accès effectif à une éducation et une formation de qualité, pour notre jeunesse. Cela est possible et nous le savons tous.

Le Gabon est, à juste titre, reconnu et apprécié par ses voisins et la communauté internationale pour la stabilité et la sécurité qu’il garantit aux personnes et à leurs biens. Je m’engage à renforcer ces acquis.

Je ne connais aucune école au monde qui prépare à la fonction de Président de la République. Cependant, après vingt-cinq ans d’apprentissage et de collaboration étroite aux côtés de feu le Président Omar Bongo Ondimba. Je sais avoir été préparé à assumer cette grande responsabilité.
Je mesure combien le chemin à parcourir sera long et les chantiers nombreux. Il est urgent de mettre notre pays en mouvement. Pour cela, il est nécessaire de mobiliser toutes les énergies et toutes les bonnes volontés.

Omar Bongo Ondimba a remporté la bataille de l’unité nationale, et ancré durablement notre pays dans la démocratie. Le développement économique et social du Gabon, au service de l’épanouissement de toutes les Gabonaises et de tous les Gabonais, doit être notre prochaine bataille. Avec votre appui à tous, je suis convaincu que ce sera notre prochaine victoire !
C’est tout le sens que j’entends donner à ma candidature.

Je ne suis pas le candidat d’un clan. Je ne suis pas le candidat d’une ethnie. Je ne suis pas le candidat d’une province Je ne suis pas le candidat d’un parti politique. Je suis un homme de conviction et de devoir. Je suis le candidat de chaque Gabonaise et de chaque Gabonais qui rêve d’un pays, dans lequel il pourra prospérer en toute liberté et en toute sécurité. Un pays où il pourra voir grandir et s’épanouir ses enfants. Voir naître et grandir ses petits-enfants.

Je suis aujourd’hui à Barcelone. Et dans quelques heures, je serai de retour chez nous au Gabon. J’avais besoin de prendre du recul, et de me retrouver avec moi-même. Je ne pouvais rien décider avant d’être venu en ces lieux, où le Président Omar Bongo Ondimba a rendu son dernier soupir. Paix à son âme.

C’est donc d’ici, de Barcelone que, très ému, je déclare ma candidature à la prochaine élection présidentielle. Omar Bongo Ondimba serait le dernier surpris par ma décision.
Je suis André Mba Obame, candidat à l’élection présidentielle du 30 août prochain, pour une nouvelle espérance».

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE