Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 17:50




APA-Niamey2009-07-15 12:30:04 (Niger) L’ambassadeur de France au Niger, François Ponge, a appelé au respect de la Constitution actuelle du Niger afin de « permettre aux Nigériens de s’exprimer librement, à travers les mécanismes de la représentation prévus à cet effet, lesquels sont les outils de la régulation sociale et politique et du développement ».

 «La France a exprimé ses préoccupations croissantes et appelé à la retenue, au respect des principes constitutionnels et démocratiques, sans parti pris, sans ingérence ni indifférence, en s’efforçant de rester à sa place pour être utile et d’aider à éviter une véritable crise politique » a-t-il dit devant de hauts responsables du Niger, au cours d’un dîner offert à l’occasion de la fête française du 14 juillet.

Le diplomate français évoque ainsi la situation née de la décision du Président Mamadou Tandja de changer la constitution par référendum, en vue de disposer d’un nouveau texte fondamental, qui lui permettrait de rester au pouvoir, au terme de son deuxième quinquennat.

Cette décision a suscité une vague de réactions de par le monde, notamment de l’Union africaine, la Francophonie, des organisations d'intégration régionale comme la CEDEAO, Lagos, Washington, Ottawa et de nombreuses Ong, la France et l’Union européenne, qui ont unanimement dénoncé la tenue du référendum.

Selon M. Ponge, c’est ce même souci du développement, de la stabilité, de la paix et de la démocratie qui "continue à animer mon pays dans les événements que traverse depuis quelques semaines le Niger, appelé à s’engager en 2009 dans toutes les élections normalement prévues, conformément à la constitution en vigueur »

« La voie prise depuis quelque temps s’est éloignée,selon nous, de cet ordre juridique, ce qui a conduit mon pays, tout comme bien d’autres partenaires et amis du Niger, européens et nord-américains, la francophonie, les Nations- Unies, la CEDEAO, à marquer clairement sa position » a-t-il insisté.

Dans un message qu’il a livré à la 35ème session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), le Chef de l’État français a affirmé que la situation qui prévaut au Niger fait partie des « menaces sur la démocratie » comme en Guinée Bissau.

Pour sa part, l'Union européenne (UE) qui a exprimé sa « plus vive préoccupation », a décidé de bloquer le versement d'une aide destinée aux dépenses de l'Etat nigérien. Le montant de cette aide n’est pas connu, mais selon plusieurs sources, il s’agirait de plusieurs milliards FCFA destinés à appuyer le budget de l’Etat.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE