Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 23:31




 

Par David Servenay | Rue89 | 12/07/2009 | 17H39

Depuis plusieurs semaines, Mamadou Tandja, président du Niger, essaie de négocier un troisième mandat de cinq ans. Un vrai putsch constitutionnel. Paris se tait. Bruxelles hausse la voix.

Normalement, ce genre d'affaires se débloque en plein mois d'août ou à Noël. Dans le silence de l'opinion internationale… Cette fois-ci, pourtant, Mamadou Tandja, déjà deux fois élu à la présidence du Niger (en 1999 et 2004), risque gros en voulant forcer le passage d'un troisième mandat.

Samedi, le commissaire européen au développement et à l'aide humanitaire, le Belge Louis Michel, a diffusé une lettre où il menace de couper les crédits européens qui assurent les dépenses du régime (lire le document).

L'argumentation de l'ancien ministre belge des Affaires étrangères tient en deux temps. D'abord la critique adressée à Mamadou Tandja :

« Votre récente décision de suspendre la Cour constitutionnelle et de convoquer un référendum remet malheureusement en question cette approche et les fondements de notre coopération. »

Pour comprendre, rappel des faits survenu à Niamey ces dernières semaines :

Le 25 mai, la présidente de la Cour constitutionnelle fait savoir qu'elle s'oppose à la tenue d'un référendum modifiant le régime électoral

Le 26 mai, le président Tandja réplique en prononçant la dissolution du Parlement. Puis, il convoque les électeurs par décret, le référendum autorisant la modification de la Constitution est prévu pour le 4 août

Le 12 juin, les sept juges de la Cour constitutionnelle annulent le décret fixant la nouvelle organisation de l'élection présidentielle

Le 26 juin, le président nigérien s'arroge les « pouvoirs exceptionnels » en se prévalant d'une disposition applicable lorsque « l'indépendance de la République est menacée »

Les réactions se multiplient, avec la création d'un collectif de syndicats et de partis politiques qualifiant ces décisions de « coup d'Etat ».

Le 29 juin, Mamadou Tandja change de Premier ministre, remanie le gouvernement (huit nouveaux ministres) et limoge les sept magistrats de la Cour constitutionnelle qui s'opposent à sa tentative de putsch constitutionnel.

Conclusion logique du représentant de l'Union européenne :

« Vu les circonstances présentes qui affectent les conditions globales de gouvernance, et par mesure prudentielle de gestion, je me vois dans l'obligation de surseoir aux décaissements liés aux Conventions de Financement au titre de l'Aide Budgétaire. »

En clair, Louis Michel menace Mamadou Tandja de lui couper les vivres. Geste qui ne devrait pas vraiment suffire à effrayer cet ancien colonel de 71 ans, visiblement prêt à s'accrocher au pouvoir.

Nicolas Sarkozy reste très prudent

Côté français, on marche sur des oeufs. La première réaction officielle est venue tardivement, le dimanche 5 juillet, dans un message de Nicolas Sarkozy lu à l'occasion de l'Assemblée parlementaire de la francophonie. La situation est « à la fois inquiétante et décevante » indique l'Elysée. En clair : attention, vous devriez faire marche arrière.

Pour autant, la semaine suivante, lors du sommet de l'Union africaine réunit à Syrte en Libye, les diplomates français n'ont pas trouvé la parade, coincé entre leur hôte Mouamar Khadafi, très tolérants vis-à-vis de son voisin nigérien, et le Gabonais Jean Ping, « extrêmement préoccupé » mais aussi très impuissant. Aucun message n'a évoqué la situation nigérienne.

Visiblement, le président français n'a pas gobé le mensonge du président nigérien, lui assurant lors de sa visite à Niamey au printemps, qu'il préparait son départ. Mais Nicolas Sarkozy n'oublie pas non plus les énormes gisements d'uranium exploités par Areva, indispensables à l'industrie nucléaire.

La France va-t-elle soutenir ce nouveau candidat au putsch constitutionnel ?

Pour mémoire, des images prises en 1996 par une journaliste française, Stéphane Chopin, à Arlit, près d'un gisement exploité par Areva. (Voir « Uranium song »)

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE