Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 16:05




 

Par Yves Laurent Goma

APA – Libreville 2009-07-13 09:46:58 (Gabon) La succession au président Omar Bongo Ondimba décédé en fonction le 8 juin dernier après 41 ans de pouvoir suscite l’engouement de la classe politique gabonaise y compris la société civile.

Quatre personnalités ont déjà annoncé leur intention de briguer la magistrature suprême dont le scrutin est fixé au 6 septembre au plus tard par la Cour constitutionnelle.

 Paul Mba Abessole, ancien opposant emblématique au régime du président Bongo qu’il a fini par rallier avec armes et bagages en 2002 a annoncé sa candidature samedi.

 Actuel Vice-Premier ministre chargé de la Culture, il a été investi par son parti, le Rassemblement pour le Gabon (RPG, majorité présidentielle), au terme d’un congrès tenu au pas de course, samedi dernier dans la capitale gabonaise.

Pierre Claver Maganga Moussavou, leader du Parti social démocrate (PSD, majorité présidentielle), a également été investi, dimanche, par son parti pour briguer le fauteuil présidentiel qu’il avait déjà tenté de conquérir en 1998 contre Omar Bongo Ondimba.

L’actuel ministre de l’Enseignement technique a dit que sa candidature est motivée par la disparition du président Bongo Ondimba, candidat naturel de la majorité présidentielle.

«J’avais décidé de ne plus être candidat à l’élection présidentielle tant que le président Bongo serait dans la course. Maintenant qu’il n’est pas là, je dis pourquoi pas»,
a déclaré dimanche M. Maganga Moussavou, au terme d’une assemblée générale de son parti.

Sur la liste, deux candidats indépendants: Victoire Lasseny Duboze, 57 ans, ancienne cadre du parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) et Bruno Ben Moubamba, le premier Gabonais à avoir annoncé son intention de succéder au doyen des chefs d’Etat africains.

Ancienne ministre de la famille et ex-présidente de l’Union des femmes du partis démocratique gabonais (UFPDG), Victoire Lasseny Duboze est une admiratrice de l’actuelle président de la République par intérim, Rose Francine Rogombé.

Mme Duboze qui a surpris tous ses anciens camarades du PDG, dit vouloir relever le défi du développement du Gabon.

 Venu de France après quelques mois d’exil, Bruno Ben Moubamba, 42 ans, membre imminent des Acteurs libres de la société civile a annoncé avec fougue sa volonté d’accéder à la présidence de la République pour «révolutionner » les esprits, lutter contre les injustices sociales et offrir un emploi aux jeunes.

 Un pasteur, Ernest Tomo, a également annoncé, samedi dernier, sa candidature à la présidentielle anticipée. L’homme d’Eglise n’en n’est pas à sa première tentative.
En course pour la présidentielle de 2005, il a désisté à mi-chemin en faveur de Bongo Ondimba.

Le pasteur Tomo se propose de réduire le train de vie de l’Etat, notamment en formant un gouvernement de 26 membres maximum, dont le Premier ministre.

Depuis la décision de la Cour constitutionnelle qui a fixé le scrutin au plus tard le 6 septembre, la pression monte dans les états-majors des partis politiques.

 Au parti au pouvoir par exemple, 10 candidats à la candidature se disputent l’estime des membres du bureau politique élargi au Comité permanent chargé de désigner par consensus le porte-étendard du parti créé par Omar Bongo Ondimba à cette élection anticipée.

Parmi eux, trois «dinosaures»: Ali Bongo Ondimba (fils du défunt président), Jean Eyéghé Ndong (Premier ministre et 1er vice-président du PDG) et Casimir Oyé Mba (ancien 1er ministre et membre du bureau politique du PDG).

 Le nom de l’heureux élu sera connu le 18 juillet prochain, à l’issue d’un congrès extraordinaire qui sera officiellement convoqué mercredi prochain.

 Du côté de l’opposition, le bouillonnement est perceptible. Samedi, des jeunes se réclamant de la société civile ont appelé à la candidature de Zacharie Myboto, président de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD) arrivé en 3ème position à la présidentielle de 2005 remporté par Omar Bongo Ondimba.

 Myboto n’a pas encore répondu à l’appel. Il a toutefois, un jour auparavant, invité ses militants à s’inscrire massivement sur les listes électorales. Il ne fait l’ombre d’aucun doute que cet ancien baron du parti au pouvoir converti à l’opposition en 2004 sera candidat à ce scrutin.

Pierre Mamboundou, président de l’Union du peuple gabonais (UPG), 2ème avec 16% des suffrages lors de la présidentielle de 2005, pense aussi que son heure a sonné. La direction de son parti a démenti samedi des rumeurs insistantes faisant allusion à son association avec la PDG du feu Bongo Ondimba.

 L’UPG qui commémore ce 14 juillet ses 20 ans de combat dans l’opposition désignera probablement son challenger à cette occasion.

 La liste des prétendants au trône n’est pas close. D’autres personnalités pourront surgir du «bois» pour se lancer dans la course. Des analystes politiques craignent une scission du PDG après le congrès du 18 juillet.

Samedi, le Premier ministre Jean Eyeghe Ndong a indiqué à la presse qu’il accepterait sa défaite s’il est écarté de manière démocratique. Il ne sera pas contre pas responsable de ce qui arrivera au cas où «les choses ne se passeraient pas de manière démocratique».

 La moutarde monte et les nerfs sont tendus un peu partout y compris du côté du gouvernement chargé d’élaborer le calendrier électoral en vue de ce scrutin.

 Le ministère de l’Intérieur a ouvert samedi l’opération de révision des listes électorales qui s’achève le 21 juillet. Reste à savoir les dates d’ouverture et de clôture de la campagne électorale ainsi que les délais d’établissement et de distribution des cartes d’électeur, précieux sésame pour faire valoir son devoir civique.

Paul Mba Abessole est le candidat du RPG à l’élection présidentielle de septembre prochain






(Infosplusgabon LIBREVILLE 13/07/2009)

 
Paul Mba Abessole du Rassemblement pour le Gabon (RPG) sera candidat pour l’élection présidentielle de septembre au Gabon. La candidature de Paul Mba Abessole dont le parti se détache de la majorité présidentielle, réduit sérieusement les chances du prochain candidat du Parti démocratique gabonais (PDG-au pouvoir).


Le Parti d’égalité de Chance (PEC-Opposition), le Mouvement de Redressement National (MORENA-Majorité) et le Rassemblement national des Bûcherons (RNB-Majorité), soutiennent la candidature de Mba Abessole, leader du Rassemblement pour le Gabon (RPG-Majorité) à l’élection présidentielle de septembre 2009.


Cette cassure imprévue laisse une sérieuse chance à Mba Abessole qui pourrait récolter les voix de l’ethnie Fang, majoritaire dans le pays.



© Copyright Infosplusgabon

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE