Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 01:35




N'DJAMENA (AFP) vendredi 10 juillet 2009 - 0h15 — Le chef rebelle centrafricain Charles Massi, qui avait été arrêté dans le sud du Tchad mi-mai et soupçonné de "tentative de déstabilisation", a été libéré après avoir exprimé "l'intention de faire la paix" avec Bangui, a annoncé jeudi soir le gouvernement tchadien.

Le colonel Charles Massi, qui était emprisonné à N'Djamena, a été mis en liberté mercredi après avoir manifesté "son intention de faire la paix avec le régime centrafricain" et se trouvait jeudi soir dans la capitale tchadienne, a déclaré à l'AFP le ministre tchadien de l'Intérieur et de la Sécurité publique, Ahmat Mahamat Bachir.

M. Massi est le principal dirigeant de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), active dans le nord-ouest de la Centrafrique.

Il avait été arrêté le 16 mai dans le sud tchadien en tentant d'aller en Centrafrique, selon N'Djamena, qui lui avait alors prêté des intentions subversives et avait affirmé qu'il serait jugé pour "infiltration frauduleuse" au Tchad et "tentative de déstabilisation d'un pays voisin".

"Nous avons décidé de libérer M. Massi après avoir vérifié ses intentions réelles. (...) Il n'a pas d'intentions de faire quoi que ce soit à partir du Tchad, pour déstabiliser la Centrafrique. Il n'a pas non plus des intentions subversives", a affirmé jeudi soir le ministre Ahmat Mahamat Bachir.

"Il a réitéré son intention de faire la paix avec le régime centrafricain. A partir de cet instant, nous n'avons pas de raison de le garder en prison. (...) Nous sommes en train de lui chercher un pays d'asile, qui peut lui permettre de dialoguer avec l'Etat centrafricain", a ajouté M. Bachir.

En attendant, il est autorisé à rester au Tchad, a dit le ministre, sans plus de détails.

M. Massi a été plusieurs fois ministre sous le régime du président Ange-Félix Patassé, renversé en 2003 par l'actuel président François Bozizé. Puis il s'était rallié au président Bozizé, dont il fut aussi plusieurs fois ministre.

Président-fondateur du Forum démocratique pour la modernité (Fodem), il avait intégré en mai 2008 la rébellion de l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR), qui a, depuis, signé des accords - bilatéral puis global - de paix avec Bangui.

Il avait quitté l'UFDR pour la CPJP, absente du processus de paix.

Ce mouvement était peu connu jusqu'à ce qu'il revendique une attaque en février dans le nord-ouest de la Centrafrique et, depuis, a été impliqué dans plusieurs accrochages avec l'armée.

La Centrafrique tente de mener à son terme un processus de paix après avoir été confrontée pendant des années à des rébellions, coups d'Etat et exactions attribuées tant aux forces gouvernementales, aux rebelles qu'aux "coupeurs de routes".

Copyright © 2009 AFP. Tous droits réservés

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique