Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 01:30




s'indigne un ex conseiller de Chirac, Jean-François Probst

APA – Paris (France) 2009-07-09 20:46:02 - Jean-François Probst, homme politique français, et ancien collaborateur de Jacques Chirac, a exprimé jeudi à Paris sa tristesse de voir l’ancien président gabonais Omar Bongo Ondimba et sa femme Lucie Bongo trouver la mort à l’étranger après y être allés se faire soigner pour des problèmes de santé.

 « Pour moi la plus grande tristesse de ces derniers mois, c’est que la fille de M. Sassou Nguesso est morte au Maroc et le président du Gabon est mort en Espagne », a déclaré cet ancien proche collaborateur du Président Jacques Chirac en marge de la conférence de presse organisée par l’opposition congolaise à Paris.

Ancien conseiller et ami de Denis Sassou Nguesso, il regrette l’état dans lequel se trouve aujourd’hui la République du Congo, confrontée à un manque criard d’infrastructures diverses malgré « les richesses de ce pays ».

Selon lui, le Gabon et le Congo avaient assez de moyens pour construire des infrastructures hospitalières hautement modernes.

« Quand on est arrivé à un point où le centre « inhospitalier » universitaire de Brazzaville est un endroit où personne n’ose plus même aller se faire soigner. Ou même regardez Bongo qui a dépensé tant d’argent du pétrole pendant 40 années est obligé d’aller subir les derniers soins palliatifs à Barcelone parce qu’il ne peut même pas se soigner dans son pays, alors le scandale est là », a t-il notamment soutenu.

Jean-François Probst qui a lui-même, dans le passé, conseillé plusieurs chefs d’Etat africains estime que « c’est scandaleux de constater que dans certains pays africains encore, un enfant ne peut pas manger à sa faim » ou que « les familles ne peuvent pas être vaccinées », alors qu’au même moment « les dirigeants distribuent l’argent ».

« Dans un petit pays d’un peu plus de trois millions de personnes où l’Oubangui a tout donné, si les gens ne peuvent plus manger, c’est un véritable scandale. L’électricité n’est même pas distribuée correctement. Brazzaville est devenue une véritable ville fantôme », a ajouté celui qui fut conseiller du président Denis Sassou Nguesso.

Fustigeant aujourd’hui la politique d’un homme qu’il a soutenu ( je me suis trompé, reconnaît-il), Jean-François Probst a révélé que « quand il (Sassou Nguesso habitait ici ( en France ) en 1996, il était tellement désespéré qu’il était sans espoir de revivre au pays ».

Ancien membre du RPR, l’ancienne formation politique de Jacques Chirac, Jean-François Probst a été pendant longtemps membre du cercle restreint des proches de l’ancien président français sur qui il a notamment écrit une biographie, ‘‘ Chirac mon ami de trente ans’’.

Il a été successivement conseiller de Chirac, d’Edouard Balladur et d’Alain Juppé entres autres et a ainsi pu côtoyer les réseaux africains de l’Elysée. Il confesse même avoir succombé à la Françafrique une fois en contribuant à la livraison d’armes …au Congo-Brazzaville.

Il collabore régulièrement avec un site français d’informations politiques où il publie souvent des chroniques sur les turpitudes de la Françafrique.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE