Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 00:50




(MISNA) 7/7/2009/10.32 - Huit acteurs, vêtus de tuniques blanches et de manteaux rouges, dans un déguisement qui souhaitait rappeler l’empereur Néron et les autres antiques romains confortablement allongés, jouant de la cithare et dégustant du vin tandis que les flammes engloutissent la Rome impériale. Cette scène a été reproduite hier en plein centre de Rome, au Circus Maximuns, sur initiative de quelques organisations humanitaires internationales qui, à la veille du G8 de L’Aquila, ont accusé les grandes économies planétaires d’indifférence par rapport aux graves menaces pesant sur le Sud du monde.

“Comme des Nérons modernes, Berlusconi et d’autres leaders récitent leur scénario tandis que l’Afrique brûle; nous demandons à Berlusconi et aux autres leaders du G8 de commencer sérieusement à agir; il est urgent de rédiger un plan concret pour récupérer le terrain perdu et maintenir les promesses sur les aides. C’est seulement ainsi que l’on pourra protéger les personnes pauvres de la triple menace de la crise économique, alimentaire et climatique”, a déclaré le porte-parole d’Oxfam International en présentant le projet à la presse.

Selon les organisations, les aides promises par le G8 aux pays en voie de développement pourraient sauver la vie de millions de personnes, et pourtant elles ne sont restées lettre morte pour le moment. Seule l’Afrique sub-saharienne, par exemple, perdra cette année 245 milliards de dollars (174,8 milliards d’euros) comme conséquence de l’effondrement économique global, mais recevra seulement 4,6 milliards (2,8 milliards d’euros) en plus de l’Aide publique au développement (Aps).

Selon l’Ocse, les leaders du G8 manqueront la promesse faite en 2005 – augmenter les aides de 50 milliards de dollars en cinq ans – de 23 milliards de dollars (16,4 euro). Les mêmes organisations rappellent qu’en moyenne, les pays industrialisés qui ne font pas partie du G8 donnent plus du double d’aides (soit 0,54% du Pib) par rapport aux membres. Les organisations lancent ensuite l’alarme sur les modalités d’utilisation de ladite “finance créative” dans le calcul des aides au développement.

Selon Oxfam, le gouvernement italien (qui a coupé les aides au développement de 56% par rapport à 2008) serait en train de négocier une nouvelle approche dans le système de comptabilisation des aides qui, en plus des fonds publics, prennent en compte les contributions privées (associations non lucratives, sociétés privées, échanges commerciaux).

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales