Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 13:16




 

Le samedi 27 juin 2009, les députés de la « Convergence KNK » et de la majorité présidentielle ont voté de manière mécanique le projet de Loi portant Code électoral de la République centrafricaine, au mépris du consensus retenu EXCEPTIONNELLEMENT, au nom de la paix, par le Dialogue Politique Inclusif (DPI) comme mode de décision, à l’exclusion du « vote majoritaire » ordinaire.

Cette attitude irresponsable et préméditée de ces députés « aux ordres » traduit la volonté du président de la République, le général François Bozizé Yangouvonda et de son gouvernement de se maintenir coûte que coûte au pouvoir.

En tout cas, la volonté du Chef de l’Etat de s’accrocher au pouvoir et d’opérer un « passage en force » aux élections de 2010 est manifeste, puisque lui et son gouvernement ont vidé de sa substance la Recommandation n° 2 du Dialogue Politique Inclusif (DPI) qui impose notamment :

1°) La relecture du Code Electoral par un Comité ad hoc composé des entités représentées au Dialogue Politique Inclusif (DPI) avec l’assistance des experts internationaux, comme garantie de la neutralité et de la transparence.

2°) La création d’une Commission Electorale Indépendante.

Désormais en effet, avec la Loi portant Code Electoral votée samedi 27 juin 2009, la Commission Electorale est devenue l’instrument par excellence de la victoire annoncée du général François Bozizé Yangouvonda en 2010, puisque le président de la Commission électorale sera choisi « discrétionnairement » par les deux « Hommes liges » du Chef de l’Etat à savoir : Ses Excellences Messieurs le Président de l’Assemblée Nationale et le Premier Ministre, chef de gouvernement.

Face à cette dérive dictatoriale, l’Union des Forces Vives de la Nation et les Autres Partis lancent un vibrant appel à toutes les Forces du progrès et de la liberté afin qu’elles se mobilisent et se joignent à eux, pour constituer un FRONT COMMUN de lutte et sauver ENSEMBLE la Démocratie et l’Etat de droit, tout en gardant leurs spécificités et leurs identités respectives.

En conséquence de ce qui précède, l’Union des Forces Vives de la Nation et les Autres Partis politiques engagés dans le combat pour l’Alternance démocratique et crédible.

-          Exigent du gouvernement et de l’ensemble des pouvoirs publics :

-          Le respect scrupuleux de l’esprit du CONSENSUS qui a toujours guidé les Assises du Dialogue Politique Inclusif (DPI),

-          Le renvoi du Code Electoral devant le gouvernement pour une seconde lecture

-          Invitent la Communauté internationale à s’impliquer davantage dans la recherche tant de la Paix que de la Sécurité et dans l’organisation des élections justes, équitables et transparentes en République centrafricaine     


Bangui le 2 juillet 2009

Ont signé :
pour l'UFVN                                              Pour le Forum Civique

                                                                   Timothée Malendoma


Le Coordonnateur                                       Pour PATRIE

                                                                 Me Crépin Mboli-Goumba
Me Henri Pouzere


Pour l'ADP                                                 Pour la CRPS

                                                                  Denis Kossi-Bella

Pour le MLPC

Gabriel Jean Edouard Koyambounou


Pour Le RDC


Pour LONDO

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique