Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 00:30




 

En s’arrogeant par décret des pouvoirs exceptionnels puis en dissolvant la cour constitutionnelle après l’assemblée nationale de son pays - tout cela pour tenter de s’éterniser au pouvoir - le président Tanja vient de faire la démonstration que pour quelques dirigeants africains de son acabit, le chemin de la démocratie est encore long. Au lieu de procéder comme bien d’autres potentats l’ont fait avant lui, c’est à dire, faire modifier suffisamment à temps par l’assemblée nationale les dispositions constitutionnelles qui lui permettraient de briguer autant de fois qu’il le voudrait la magistrature suprême, il a attendu le dernier moment alors que ce manège n’était plus possible.

Il a donc essuyé plusieurs levées de bouclier et des rappels au respect de la constitution, d’abord dans son propre pays ensuite au niveau de la sous-région, la CEDEAO, l’Union Africaine, les USA, l’Union Européenne, les Nations Unies etc…Mais l’homme a déjà prouvé dans un passé récent qu’il est un inflexible à toute épreuve et un dur à cuire. Malgré les interventions de presque la planète entière pour lui demander clémence en faveur du correspondant de radio France Internationale Moussa Kaka injustement jeté en prison pour avoir fait son travail de journaliste, il était demeuré très longtemps autiste et complètement sourd.

On ignore les motivations réelles et les raisons profondes de son soudain raidissement alors que se profile inexorablement la fin de son second et théoriquement dernier mandat à la tête du Niger. Certains observateurs des questions nigériennes voient dans son envie de rester encore au moins trois années de plus au pouvoir sa volonté de prédation des perspectives prochaines d’exploitation des gisements d’uranium d’Imouraren par AREVA ainsi que du pétrole nigérien. Une de ses épouses ainsi qu’un de ses enfants feraient dans des affaires autour de l’uranium au Canada.

Tanja est, avec son frère d’arme Bozizé qui avait aussi menacé de dissoudre avant lui il y a deux ans de cela, la cour constitutionnelle de la RCA qui avait juste dit le droit dans une affaire de droit des affaires concernant Total, le seul président à s’en prendre à ce point aux membres de la cour constitutionnelle de son pays qui ont commis le crime de lèse majesté consistant à annuler son décret de convocation du référendum sur la constitution. Des présidents africains comme Bozizé et Tanja ne sont pas loin de considérer non seulement les constitutions mais aussi les membres de ces cours constitutionnelles telles qu’il en existe en Afrique comme des chiffons de papier et des intellectuels qui les emmerdent.

Quitte à paraître autiste et se faire traiter de tous les noms, ils sont prêts à prendre ce pari de constituer un danger pour la paix dans leur pays pour prouver qu’ils sont capables de tenir tête à tout le monde pour arriver à leurs fins. La surdité dont fait preuve le président du Niger fait accumuler à ce pays sahélien qui avait tourné le dos à la violence militaire pour renouer quelque peu avec la paix et la démocratie, de gros risques de recommencer avec l’expérience d’une junte militaire qui serait une désastreuse régression.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE