Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 20:24




APA-Johannesburg (Afrique du Sud) 2009-06-29 12:24: Les charges liées au séjour de l’ancien président haïtien déchu en exil en l’Afrique du Sud, Jean-Bertrand Aristide, coûtent un million de dollars américain par an au contribuable sud-africain, a déclaré l’Alliance démocratique (DA, opposition), dans un communiqué publié lundi.

Kenneth Mubu, le porte-parole des services des relations internationales et de coopération du parti, a indiqué que cette évaluation est basée sur des chiffres obtenus au Parlement et définissant les charges liées à l’exil de l'ancien président haitien.

Le ministère sud-africain des relations internationales a confirmé que le président Aristide vit à Gauteng depuis qu’il s'est réfugié en Afrique du Sud en mai 2004 après avoir été chassé du pouvoir en Haïti, épilogue de plusieurs mois d'instabilité politique.

L'ex-président Thabo Mbeki avait déclaré en son temps que le séjour d’Aristide était un « arrangement temporaire jusqu'à ce que la situation en Haïti se stabilise».

"Mais cinq ans après, le président Aristide est toujours là et la DA veut maintenant connaître le coût réel de son séjour dans le pays", a déclaré le porte-parole de la DA.

M. Mubu a soutenu que les réponses apportées par le ministère sud africain ne sont pas satisfaisantes, ajoutant que la DA compte avoir de plus amples informations sur la question.
Il a dit à ce propos qu'Aristide bénéficierait des mêmes privilèges que les ministres sud africains.

« Les frais mensuels liés à son hébergement, transport, personnel de bureau et sécurité sont les mêmes que ceux d’un ministre sud-africain », a confirmé le ministère dans sa réponse à M. Mubu.

Le ministère a ajouté que la sécurité de l'ancien président haïtien était « intégrée dans les activités du gouvernement ».


NDLR : Et dire qu'à l'époque où la France et les USA cherchaient en urgence un pays d'asile pour lui, Bozizé avait cru devoir accepter de l'accueillir à Bangui dans l'espoir qu'il allait pouvoir lui permettre de s'enrichir avec ce que ces pays donneraient pour l'ex président haitien.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE