Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 16:19




 

APA-Nouakchott (Mauritanie)2009-06-27 05:37:00 - Le président renversé de Mauritanie, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi, a présenté solennellement sa démission, vendredi soir au Palais des congrès de Nouakchott, a constaté APA dans la capitale mauritanienne.

 « Je déclare volontairement ma démission de ma fonction de président de la République», a lancé Ould Cheikh Abdellahi dans un discours en présence du Conseil constitutionnel, du médiateur sénégalais, le président Abdoulaye Wade, et des représentants du Groupe de contact international sur la crise politique née du coup d’Etat du 6 août dernier.

Il a ajouté qu’il a préféré épargner au pays les problèmes qui pourraient découler des sanctions ou embargos menaçant le pays suite au coup d’Etat.

« Je suis le premier président mauritanien qui accepte de quitter volontairement sa fonction en échange de garanties relevant de l’intérêt du pays, tel est le seul moyen dont je puis aujourd’hui disposer pour vous exprimer ma gratitude », a aussi indiqué le président déchu.

Juste avant sa démission, le président renversé a signé, toujours au Palais des congrès, le décret désignant le gouvernement d’union nationale, prévu par l’accord de Dakar, conclu entre les parties prenantes de la crise.

Peu avant cela, il a reçu et accepté la démission du gouvernement renversé, présentée par son ancien premier ministre, Yahya Ould Ahmed El Waghev.

Chargé d’organiser une élection présidentielle le 18 juillet prochain, le nouveau gouvernement est dirigé par le premier ministre sortant, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, maintenu dans son poste par les militaires qui avaient pris le pouvoir après le coup d’Etat.

En revanche, les portefeuilles clés de l’intérieur, de la défense, des finances et de l’information ont été attribués à l’opposition, composée par les deux pôles politiques que sont le Rassemblement des forces démocratiques (RFD) d’Ahmed Ould Daddah et le Front national de défense de la démocratie (FNDD).

Dans son discours, Ould Cheikh Abdellahi a affirmé que la période de 15 mois qu’il a passée au pouvoir a été pleine d’activité et qu’elle a été marquée par l’enracinement des valeurs islamiques et de la démocratie.

Selon lui, il n’y a eu aucun détenu d’opinion, ni censure ou saisie de journal ni ingérence dans l’appareil judiciaire.

Il a cité, dans le cadre de la bonne gouvernance, la loi qui a exigé la déclaration des biens à tous les hauts responsables de l’Etat, rappelant sa décision de rapatrier les réfugiés mauritaniens au Sénégal.

Les arrangements qui ont permis de mettre en œuvre l’accord de Dakar prévoient que le Haut conseil d’Etat au pouvoir soit rebaptisé « Conseil national de défense » et placé sous l’autorité du gouvernement.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE