Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 15:05




Fidèle Ngouandjika ancien ministre des télécom





Thierry Maléyombo actuel ministre des télécom



 APA Bangui (Centrafrique) 26-06-2009 - Le personnel de la Société centrafricaine des Télécommunications (SOCATEL) réclame la nomination d’un nouveau directeur général à la tête de cette entreprise en lieu et place du ministre des télécommunications, M. Fidèle Gouandjika, qui assume également les fonctions de président du comité de gestion à la place de la Direction générale et du Conseil d’administration.

Au cours d’une assemblée générale, jeudi à Bangui, le délégué du personnel de la SOCATEL, M. Henri Sylvanus Kpana, a demandé au président centrafricain, François Bozizé, de mettre fin au cumul de M. Gouandjika et de nommer un nouveau Directeur général pour remettre de l’ordre dans le fonctionnement et la gestion de la SOCATEL.

Selon M. Kpana, la société va de mal en pis depuis que le ministre des télécommunications assume également les fonctions de président du comité de gestion en lieu et place de la Direction générale et du Conseil d’administration.

Le délégué du personnel a dénoncé notamment la « dégradation de la qualité du service » au niveau des communications internationales, l’arrêt depuis un mois de l’Internet, la résiliation quotidienne des lignes par les clients, l’absence de câbles de branchements et les quatre mois d’arriérés de salaires dus au personnel (mars à juin 2009) ».

« Il faut que le ministre des télécommunications revienne à la raison pour préserver l’intérêt national, car la SOCATEL est le patrimoine du peuple centrafricain », a-t-il conclu.


NDLR : Contrairement à ce qui est écrit dans cette dépêche, ce n'est pas l'ancien ministre des télécom Fidèle Ngouandjika mais bien l'actuel, Thierry Maléyombo qui cummule ses fonctions de ministre avec celles de président du comité de gestion intérimaire qui fait office de Direction générale et de présidence du conseil d'administration de la SOCATEL. C'est une situation tout à fait inadmissible et injustifiable. Cette société a toujours été victime des grossières ingérences de ses ministres de tutelle par le fait que ceux-ci en ont sans cesse fait leur vache à lait. On l'a dernièrement dépouillée de ses branches les plus rentables au profit de certains rapaces à qui les politiques ont confié les services de communications internationales et d'internet. SOCATEL est donc à présent, réduite à une peau de chagrin. Elle a fait la fortune de de certains barons du régime qui la regarde cyniquement en train de sombrer.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie