Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 22:41




C. A. Doubane est ancien ministre et professeur de droit à l'université de Bangui, en République centrafricaine

Par Carine Frenk (RFI) Invité Afrique du 23/06/2009

« Ce qui nous inquiète c'est le phénomène de contagion, car pour l'instant la situation se joue sur une région, mais à terme personne ne peut garantir l'effet de confinement. » 

De nouveaux groupes rebelles apparaissent dans le nord-est centrafricain, aux confins du Tchad et du Soudan. Dix personnes ont été tuées dimanche dernier à Birao lorsque des hommes armés ont attaqué un site de l'UFDR.

Il s'agit d'un ancien mouvement rebelle qui est allié aujourd'hui avec le président Bozizé. Une précédente attaque avait fait près de 30 morts. À Bangui, l'inquiétude grandit quant à la dégradation de la situation générale. 

 

NDLR : La situation qui prévaut à Birao dans l’extrême Nord-Est de la République centrafricaine est grave. Selon des informations de sources militaires proches de l’état major des Faca, c’est un grand sujet de préoccupation pour le président Bozizé. Celui-ci craint que les fréquents assauts des combattants Karas, qui sont déterminés à en découdre avec les Goulas de l’aile UFDR de l’ex chef rebelle Zakaria Damane accusé d’avoir rallié le camp de Bozizé, ne puissent faire tâche d’huile et se rapprocher de la capitale Bangui. Une partie des Karas se trouve sur le territoire soudanais et c’est cet aspect des choses qui fait peur à Bozizé qui est conscient de ne pas disposer des moyens d’une éventuelle contre-attaque. C’est pourtant sa mauvaise politique qui a exacerbé les contradictions inter communautaires Goulas, Roungas et Karas autour des problèmes de l’exploitation du diamant dont regorge la région de Bria, Sam-Ouandja notamment.Rien ne dit aujourd'hui, si une situation comme celle de 2007 se reproduisait à Birao, Bozizé puisse bénéficier à nouveau de l'appui des Mirage F1 de l'armée française pour réduire l'avancée des rebelles vers Bangui. Omar Bongo Ondimba n'est plus là et Jacques chirac n'est plus aux commandes.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation