Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 01:57






 

 

NDLR : L’ambassadeur délégué de l’Union européenne en RCA a enfin pu quitter  définitivement et normalement Bangui après les diverses péripéties qui ont émaillé les dernières semaines avant son départ et que Centrafrique-presse a abondamment couvertes. On ne sait quelle mouche a piqué le gouvernement de Bozizé lequel, par la plume de son ministre des affaires étrangères le général Antoine Gambi, lui avait demandé de quitter plus tôt le pays avant la fin officielle de son mandat suite au discours prononcé par cet excellent diplomate lors de la cérémonie de la journée de l’Europe, le 8 mai dernier. M. Esmieu qui, après quatre années passées en RCA, s’est permis d’asséner quelques vérités suite au constat de la catastrophique situation du pays et des conséquences de la mauvaise gouvernance du régime Bozizé dont il est un témoin vivant.

 

Alors qu’il aurait pu se taire et partir dans la tranquillité, il a préféré saisir l’occasion qui lui était offerte pour parler des méfaits des barrières illégales instaurées par la soldatesque de Bozizé pour harceler et racketter les citoyens ; il a stigmatisé la propension à la prédation et la corruption de certains dignitaires du régime, autant de choses qui, forcément, ne pouvaient pas faire plaisir aux oreilles de certaines autorités locales qui lui en ont voulu. Après avoir réfléchi et toute honte bue, les mêmes autorités ont fini par virer leur cuti et Bozizé lui-même a reçu M. Esmieu qui est allé lui faire ses adieux et le gouvernement lui a même offert un repas. Nous publions ci-dessous son ultime discours durant ce repas.

 

Les Centrafricains ne peuvent qu’apprécier à sa juste valeur le courage et l’inestimable contribution de M. Esmieu à la juste cause du progrès et de la lutte des démocrates de ce pays. Ils garderont de lui un excellent souvenir car il est et demeurera un véritable ami du peuple centrafricain. L’Union européenne doit veiller à lui trouver un successeur qui soit de sa trempe et digne de représenter valablement l’institution et non un diplomate classique qui s’accommoderait avec complaisance de la mauvaise gouvernance en cours à Bangui et fermerait les yeux et les oreilles sur les pratiques propres aux républiques bananières.

 

 

Dernier discours de Jean Claude Esmieu

 

Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement, représentant son excellence le Président de la République, Chef de l'Etat,

Mesdames et messieurs les Ministres,

Monsieur le Doyen du corps diplomatique,

Monseigneur le Nonce apostolique

Monsieur le représentant spécial du Secrétaire général des nations Unies,

Chers collègues, chers Amis,

 

D'abord, Excellence monsieur le premier ministre, je souhaite vous remercier de cette réception qui est une tradition centrafricaine sympathique mais qui pour moi prend une signification très particulière. C'est qu'en effet c'est certainement mon dernier poste d'Ambassadeur que j'achève dans la dignité, avec reconnaissance à la République Centrafricaine et certainement amitié avec beaucoup d'entre vous. J'ai la prétention de parlé d'amis car j'ai récemment reçu de très nombreux témoignages dans ce sens.

 

Ensuite,  je souhaite présenter des excuses à ceux et celles qui auront été choqués par certains de mes propos. Qu'ils soient assurés que le but n'était pas celui-là.

 

J'ai effectivement passé plus de quatre années dans votre magnifique pays que j'ai eu la chance de pouvoir souvent visiter du Nord au Sud sauf OBO. Comme je ne serais plus en RCA pour la JMA, j'aurais une pensée particulière pour vous ce jour-là.

 

Cers quatre années, je disais, ont été bien remplies. Il y a eu des péripéties formidables et d'autres plus douloureuses. Je me suis battu à vos côtés en me faisant l'avocat de votre pays pour autoriser la FOMUC d'accompagner les FACA pour reprendre BIRAO, alors tombée au milieu des rebelles, pour convaincre au côté des Nations Unies et de la France, l'institution européenne EUFOR de venir à BIRAO, de mettre en place les élections réussies de 2005, de nombreux projets allant de micro réalisations à l'appui budgétaire en passant par des centres de santé et toujours le financement  de la MICOPAX.

 

Pour une personnalité qui me le demandait, pendant mon séjour la Commission Européenne  a dépensé, je dis bien dépensé pour la RCA, avec tous les tiroirs financiers possibles comme je disais souvent à son Excellence le Chef de l'Etat, la somme de 127 millions d'Euros soit un peu plus de 83 Milliards de FCA en quatre années et demi, plaçant ainsi la Commission européenne comme le plus important bailleurs de fonds pour la république Centrafricaine. De ces montants beaucoup n'étaient pas prévus au moment de la table ronde de Bruxelles et c'est grâce à la force de persuasion de la Délégation à Bangui que nous avons réussi à avoir au moins plus de 30 millions d'Euros au delà des prévisions.

 

Bien entendu, cela ne s'est pas fait tout seul et je dois remercier aussi tout le personnel de la Délégation fortement représentée aujourd'hui et à qui j'ai demandé de m'accompagner pour partager l'honneur de cette cérémonie.

 

Je garderais de votre pays l'image d'un pays ou rien n'est impossible ou plus exactement où tout est possible. J'avais l'habitude de ne voir ou dénoncer que ce qui me semblait perfectible. Soyez assuré, Monsieur le Premier Ministre, que je suis convaincu que la RCA va sortir de l'ornière de pauvreté dans laquelle elle semble coincée par une fatalité morbide. Mais cela n'est pas vrai. Le slogan Kwa na Kwa a tout son sens et votre population a largement démontré que lorsqu'on lui en donnait les moyens elle était capable de se lever, de travailler dur et finalement de se nourrir, de se soigner et de s'éduquer. Pour retrouver cette force, la Commission européenne avec mon successeur vous accompagnera sur le chemin des pôles de développement, et je l'espère de tout cœur avec la Route Bouar Fambélé et les différents appuis budgétaires. Que les élections se passent bien dans la transparence et la fraternité d'une paix retrouvée et stable. Votre peuple en a tant besoin.

 

C'est tout le bonheur que je vous, que je lui souhaite. Ce sera beaucoup de travail pour tout le monde, beaucoup de discussions, d'échanges et j'espère un peu moins d'incompréhension. La délégation européenne à Bangui a toujours été auprès du siège de Bruxelles votre avocat et non pas votre dénonciateur. Avec mon successeur, elle restera dans ce rôle aux côté du Ministère du Plan, l'Ordonnateur National, j'en suis certain.

 

 

Enfin, Monsieur le Premier ministre, je souhaiterais que vous acceptiez de présenter au Président mes plus vifs remerciements pour la confiance que lui-même m'a toujours témoignée et en par l'organisation de cette cérémonie. Je  souhaite à toute l'assemblée le meilleur futur possible.

 

Vive la République Centrafricaine,

Vive la Commission Européenne

 

Vive la coopération UE/RCA

 

 

Je vous remercie

 

Jean Claude Esmieu

Ambassadeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales