Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 23:49





jeudi, 18 juin 2009 Afrikarabia (RDC)

Inculpé de crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis par sa milice en République centrafricaine en 2002-2003, l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba garde espoir. Alors que la Cour Pénal Internationale (CPI) vient de confirmer les charges qui pèsent contre Bemba, la défense du leader du MLC crie victoire. Pour ses avocats, la CPI n'a pas retenue "l'intention criminelle" de Jean-Pierre Bemba.

Le clan Bemba était sonné, il y a quelques jours, après la confirmation de la responsabilité pénale du leader congolais. Mais contre toute attente, la défense reprend espoir. La Cour pénale internationale a en effet conclu à l’absence de preuves suffisantes permettant d’affirmer que Bemba était animé de l’intention criminelle lors des exactions de Bangui. La CPI a aussi refusé de confirmer que l’incriminé est pénalement responsable des crimes qui ressentent de l’article 28-a du Statut de Rome. Il s’agit de la "torture comme crime contre l’humanité et comme crime de guerre".

Les avocats de l’ancien vice-­président disposent de cinq jours pour interjeter appel. Mais le plus important pour Bemba, c'est qu'il va être jugé non pas en tant que « chef hiérarchique des hommes déployés en RCA, mais en tant que  chef militaire » du MLC. Nuance importante. Pour les avocats de la défense, c’est Ange Félix Patassé qui doit répondre des exactions et non Bemba. "Bemba n’a jamais fait partie du système de commandement de l’armée centrafricaine" pour ses avocats. Reste à en convaincre le tribunal.

Christophe Rigaud

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers