Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 18:35








 

Par THOMAS HOFNUNG Libération 12/06/2009 à 06h51

C’est un coup de sang qui en dit long sur le fossé qui s’est creusé, au fil des ans, entre Africains et Européens. Fin mai, le représentant de l’Union européenne à Bangui a été prié de quitter au plus vite la Centrafrique. Finalement, suite à l’intervention de Paris, le diplomate français quittera le pays, comme prévu, au terme de sa mission, d’ici quelques jours. Mais cette affaire pourrait laisser quelques traces.

En poste depuis 2005 à Bangui, Jean-Claude Esmieu s’est vu reprocher par les autorités locales des propos «peu diplomatiques». Il est vrai que ce diplomate n’a pas sa langue dans sa poche. Le 9 mai dernier, il déclarait dans une adresse au Premier ministre centrafricain: «J’ai vu des décisions courageuses, mais aussi des positions et actions peu conformes avec la morale internationale ou aux aspirations et principes de l’Union européenne», le premier bailleur de fonds de cette ancienne colonie française.

Jean-Claude Esmieu fustigeait notamment une justice qui a réclamé des dommages et intérêts «exorbitants» à une ONG internationale ayant eu le seul tort de réclamer à une entreprise locale la livraison de motos payées à l’avance... Il dénonçait aussi «cet harassement des services des impôts sur les rares entreprises légales qui restent en RCA (République centrafricaine, ndlr)», l’un des pays les plus pauvres au monde.

Mais au-delà des propos musclés du représentant de l’UE, c’est une maladresse qui a, semble-t-il, été exploitée, déclenchant la colère de plusieurs ministres centrafricains. Lors de la réception organisée par la délégation européenne, un montage vidéo vantant la beauté du pays a été diffusé, alors que retentissait l’hymne centrafricain. Lorsque des images de singe sont apparues à l’écran, des rires ont fusé dans l’assistance. Furieux, trois ministres, quelque peu éméchés, ont alors quitté la soirée en faisant un esclandre.

Dans les jours qui suivaient, emmené par le ministre de la Communication, ils faisaient circuler une pétition demandant le départ du diplomate. Même s’il ne l’a pas signée, l’ambassadeur de Chine a fait savoir, qu’il soutenait leur démarche. Pas question de laisser passer une occasion de marquer des points contre les rivaux européens dans ce pays d’Afrique enclavé mais doté de quelques richesses minières, comme de l’uranium. En vain. De retour d’un déplacement à l’étranger, le président François Bozizé a mis un terme à cette agitation.

Dans son discours en forme de testament, Jean-Claude Esmieu avait lancé: «La démocratie centrafricaine est telle une adolescente enthousiaste qui n’écoute ni ses parents ni sa famille ni ses amis.»



NDLR : Aors qu'il avait été prié par une lettre du ministre centrafricain des affaires étrangères le général Antoine Gambi manipulé par Cyriaque Gonda, de quitter le plus vite possible la RCA, M. Jean Claude Esmieu en fin de compte est resté en poste et en fonction jusqu'au terme normal de son mandat. Il quittera Bangui le 18 juin 2009 comme initialement prévu. Il a même été faire normalement ses adieux à Bozizé. L'affaire de son discours d'adieu qui a déclenché un incident diplomatique public du fait de l'attitude irresponsable des ministres caciques du gouvernement Cyriaque Gonda et Simplice Zingas, n'aura été qu'une tempête dans un verre d'eau. Les autorités actuelles de Bangui n'ont pas les moyens de chercher noise à l'Union européenne. Elles veulent cependant que personne ne puisse parler de leurs dérives et leur mauvaise gouvernance. Peine perdue. M. Esmieu a bien mis le doigt là où cela fait mal en dénonçant pêle-mêle les barrières illégales pour racqueter la population, la prédation et la corruption à haute échelle du régime, la sorcellerie, les exactions des forces dites de sécurité sur les citoyens etc....

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales