Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 10:46


 

Si un grand flou entoure encore la santé du président gabonais, hospitalisé à Barcelone pour un cancer abdominal, les médecins qui l'ont opéré récemment n'ont pu que constater l'avancée irréversible de sa maladie.

Omar Bongo bientôt de retour au Gabon


Un grand flou entoure la santé du président gabonais, toujours hospitalisé dans une clinique privée à Barcelone, pour un cancer abdominal. Seuls les plus proches membres de sa famille et ses médecins ont accès à sa chambre. Possible successeur, son fils Ali, ministre de la Défense, était cette semaine à Paris, tout comme son gendre, qui détient le portefeuille des Finances, Paul Toungui. Ce dernier a affirmé hier à des interlocuteurs français qu'Omar Bongo allait «plutôt bien» et qu'il retournerait «bientôt» à Libreville. Une perspective qui n'est pas forcément de bon augure quant à l'état de santé du président gabonais. Selon une source diplomatique, les médecins qui l'ont opéré récemment n'ont pu que constater l'avancée irréversible de sa maladie.

 

 

Source : le figaro. 29/05/2009 | Mise à jour : 08:12 |




Le monde nébuleux d’Omar Bongo


 

BBC News 14h33 GMT, le jeudi 21 Mai 2009 15:33 Grande-Bretagne


 
Les autorités françaises d'enquêter sur les avoirs du président gabonais Omar Bongo, qui est accusé de détournement de millions de dollars destinés à des services publics. Ici, Christophe Pons de BBC Focus on Africa magazine examine l'histoire du monde du plus ancien chef de l'État républicain.

 M. Bongo est l'un des trois dirigeants africains accusés de détournement de fonds par la branche française de la surveillance anti-corruption Transparency International - également à l'étude sont Denis Sassou-Nguesso de la République du Congo et Teodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale.


 
Il est allégué que le volume de biens immobiliers appartenant à la famille de M. Bongo en France, ne pouvait pas avoir été acheté avec un seul salaire. Ces dernières semaines, ce qui a été suivi par le gel de M. Bongo, les comptes bancaires en France, à la suite des allégations de corruption.
 
M. Bongo, qui a temporairement quitté son poste pour raisons de santé, tout en visitant l'Europe, a nié toute malversation. Mais les critiques ont longtemps soutenu que la longévité de M. Bongo au pouvoir a été la conséquence d'une combinaison de violence et de corruption.
 

Opposants assagis


 
La première vague de violence s'est produite dans les années 1970 lorsque plusieurs membres de l'opposition ont été tués. Puis, en 1990, la mort mystérieuse du leader de l'opposition Joseph Redjambe a déclenché des émeutes qui ont secoué des jours le régime.


 
Mais c'est l'argent qui est censé être l'arme ultime dans les mains du président et de sa famille. C'est l'argent qui a contribué à assurer la paix, le silence des critiques et les solides amitiés à l'étranger, notamment en France, son ancienne puissance coloniale.
 

Et au cours des dernières années, il est devenu de plus en plus évident que, soit à la suite d'intimidation ou de dons, tous les opposants politiques de M. Bongo ont jeté l'éponge.
Même Pierre Mamboundou, leader de l'Union du peuple gabonais (UPG) - jusqu'à récemment considéré comme le rival le plus crédible de M. Bongo - a désormais rejoint la longue liste des anciens opposants qui se sont calmés.


 
Avec une réputation sans l'homme et pas étranger à l'exil et l'emprisonnement politique, M. Mamboundou avait combattu et perdu deux scrutins présidentiels. En 2006, toutefois, il a cessé ses critiques publiques à l'égard de M. Bongo. L'ancien incendiaire ne fait pas mystère de ce que le président s'est engagé à lui verser 21,5 millions $ pour le développement de sa circonscription de Ndende.


 
La richesse du Président Bongo est peut être un secret bien gardé, mais il est considéré comme l'un des hommes les plus riches du monde. Ses actifs à l'étranger seulement la pointe de l'iceberg, mais ils fournissent plus d'un indice sur  l'étendue de sa fortune.
 
En 2007, une enquête policière sur l'immobilier détenu par le président et sa famille en France fait état de 33 propriétés à Paris et à Nice, d'une valeur estimée à 190 millions de dollars.


En 1999, une enquête du Sénat américain sur les pratiques dans le privé de la Citibank estime que le président de la République gabonaise avait sur  ses comptes personnels en banque 130 millions de dollars. En outre, le rapport a indiqué qu'il n'y avait "aucun doute que ces actifs financiers provenaient des finances publiques du Gabon."


M. Bongo a été également lié à l'enquête en 1990 de la propre entreprise pétrolière Elf-Aquitaine de l'Etat français qui était impliquée dans une ténébreuse affaire de monde sombre de  pots de vin et de financement des partis politiques.

Il a été désigné comme le bénéficiaire final de millions de dollars transférés dans des comptes bancaires en Suisse - mais encore une fois, il a fermement nié toute malversation.


La bataille pour la succession


 
Mais maintenant, la même richesse qui a permis à M. Bongo de consolider son emprise sur le pouvoir par le biais du favoritisme a généré une nouvelle vague de critiques qui perturbe le régime.

Dans  un manifeste publié en Décembre 2008, un réseau de la société civile gabonaise a lancé une attaque cinglante, non seulement contre M. Bongo, mais aussi sa fille Pascaline, qui est sa directrice de cabinet, et son fils Ali, qui est actuellement ministre de la Défense du Gabon.
 

Les deux sont accusés de gérer le pays comme leur propriété privée et d'essayer de se mettre en position pour succéder à leur père. Bruno Ben-Moubamba, un journaliste gabonais vivant en France et un des auteurs du manifeste va même plus loin en faisant valoir que Pascaline Bongo, prend toutes les décisions importantes pour le pays.
 

"Nous sommes revenus à un régime de parti unique. Le seul moyen de résistance pour le peuple gabonais est de faire la grève et de ne pas voter aux élections", déplore M. Ben-Moubamba, un membre du Réseau libre de la société civile gabonaise.

Une succession de grèves dans l'éducation et aux services de santé sur les salaires et les mauvaises conditions de travail montre que les fonctionnaires mécontents, commencent à se mobiliser.


Même la France, qui a des intérêts pétroliers et une base militaire au Gabon, semble avoir des doutes sur l'avenir du régime. Dans un livre sur le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner, le journaliste Pierre Péan a enquêté révélé un certain nombre d'affaires entre M. Kouchner conseil privé au début des années 2000 et le gouvernement gabonais.
 

Certains estiment qu'il n'y a pas de coïncidence dans le moment de parution du livre et celui de l'enquête sur les actifs de M. Bongo. Cela est censé être à l'origine de maux de tête pour les diplomates français. La France, qui estime à 10.000 le nombre de ses ressortissants au Gabon, a discrètement envoyé 300 parachutistes en Janvier renforcer sa base. Le but serait de protéger les citoyens français à l'étranger. Mais le mouvement est aussi une indication claire que la France est dans le noir et frileuse sur ce qui peut se produire avec le vieillissement de l'autocrate.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE