Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 23:49


 



Source: Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires - Integrated Regional Information Networks (IRIN)

 


      Caroline Ngoéna


Paoua, le 27 Mai 2009 (IRIN) - Les cycles de la violence politique en République centrafricaine au cours de la dernière décennie ont incité des dizaines de milliers de civils à fuir leurs villages ou villes. Beaucoup vivent encore dans la brousse, paniqués à l’idée de rentrer chez eux. D'autres, comme Caroline Ngoena qui dirige un collectif d'élevage de porc dans le nord-ouest de la ville de Paoua, essaient de reconstruire leur vie.

 
Trois batailles différentes - appelées sous le nom d’"événements" dans le langage local – l’ont obligé elle et sa famille à abandonner leur maison et à fuir en brousse  pour sauver leur vie. Elle a raconté son histoire à IRIN:


"La première fois que nous avons dû fuir notre village, c'est parce que de rebelles dirigés par [François] Bozizé [un ancien chef d’état major de l'armée, dont le soulèvement a renversé le président Ange-Félix Patassé en 2003 et qui est maintenant chef de l'Etat lui-même].


«L'armée tire dans une direction donnée, les rebelles également tirent dans une autre. Les gens fuyaient dans toutes les directions. Nous avons réalisé que la mort était à portée de main. Tout le monde devaient se débrouiller  pour échapper à la mort. Nous avons essayé de ne prendre que le strict nécessaire. Les hommes et les femmes, tous se sont enfuis avec leurs enfants. Nous n'avons pas eu le temps de réfléchir sur les animaux, car ils dormaient dehors.


"Quand les tirs commencent, vous courez à la maison et aller chercher ce que vous pouvez: un bol, une assiette, la farine. Vous mettez tout sur la tête, un enfant sur le dos, et vous vous exécutez, en regardant à droite et à gauche, de peur de voir quelqu'un avec une arme à feu."Quand vous êtes dans la brousse, vous recherchez des herbes hautes ou un grand arbre où l'on peut se reposer, prendre l'enfant sur votre dos pour le nourrir, parce que vous avez fait un long chemin. Après un certain temps, vous allez chercher du bois de chauffage.


"Tout doit être fait avec beaucoup de vigilance, car quelqu'un pourrait vous chiper.
"Une fois la nourriture préparée, vous mettez le feu dehors et rester sur place, en gardant le calme, toujours en surveillant aux alentours, le cœur bat vite. Toutes sortes de pensées vous viennent en tête. Vous-vous demandez si ce que vous avez laissé dans le village n’a pas  été détruit.


"Au cours des premiers événements, j'ai perdu un fils. Nous avons dormi sur des feuilles. Parce qu'elles étaient sèches, elles ont pris feu et l'enfant a été gravement brûlé. Comme nous étions dans la brousse, nous n'avons pas eu accès aux soins médicaux. Les mouches étaient attirées par les blessures, qui se sont infectées et c’est ainsi que  l'enfant est décédé.


"Après trois mois, nous  sommes revenus au village. Nous avons eu moins d'animaux, car certains ont été tués, d'autres volées. Nous avons commencé l'élevage des animaux. Mais le deuxième événement s'est passé - d'une lutte entre les rebelles de Patassé et les soldats de Bozizé. C'était en Mars 2006.


"En Janvier 2007 il y avait une autre bataille entre les rebelles de Patassé et l'armée. Nous avons fui à nouveau et cette fois, tous les animaux ont été volés. Si je pouvais répondre à Bozizé et le chef des rebelles, je leur dirai que je souffre beaucoup. Il est difficile pour une femme qui fuit avec ses enfants et des biens. Nous sommes ici aujourd'hui, demain nous pourrions être ailleurs. Régulièrement et encore nous sommes à nouveau déplacés.

 
«Je veux la paix, et si il y a la paix, les pays peuvent se développer. Il n'y a pas de développement, car il n'y a pas de sécurité ou de paix. En Afrique centrale, les gens se battent pour rien. C'est pourquoi nous ne sommes pas riches. Nous sommes simplement en arrière."


 

http://www.irinnews.org

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société