Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 01:50



 

 

De retour de son escapade vietnamienne, Bozizé est arrivé à l’aéroport Charles de Gaulle à Paris aux premières heures du vendredi matin 22 mai dernier . Il a cette fois-ci posé ses valises non plus Plazza Athénée mais au Hilton de Roissy en attendant d’embarquer à nouveau en début d’après midi à bord du petit avion de douze places affrété par ses mystérieux amis S’agissant du bref séjour de Bozizé au Plazza Athénée avant de se rendre au Viet Nam, nous avons fini par connaître l’identité de ceux des membres de la suite de Bozizé qui s’amusaient à vider systématiquement les bouteilles d’alcool du minibar de leur chambre et même ceux d’autres. Il s’agit d’Abel Sabono, 1er conseiller de l’ambassade de Centrafrique à Bruxelles qui occupait la chambre 132 et de Barthélemy Feidoka Kpemssérè, directeur général de la presse présidentielle.

Puis dans le salon d’honneur de l’aéroport du Bourget, Bozizé a dû recevoir la visite de deux conseillers de Nicolas Sarkozy, MM. Bruno Joubert et Rémi Maréchaux de la cellule africaine de l’Elysée venus s’entretenir avec lui. Leur entretien a duré plus d’une heure et demi selon des témoins présents au Bourget. Ces deux interlocuteurs élyséen n’ont certainement pas fait l’économie d’aborder avec lui les sujets qui fâchent et ils sont nombreux. Pêle-mêle on peut citer entre autres le cas de l’escroc Saifee Durbar ; le problème des élections générales en Centrafrique et leur financement notamment par la France, l’affaire du détournement du prêt CEMAC pour financer le programme DDR, etc… Il faut croire que cela n’a vraisemblablement pas dû bien se passer pour Bozizé.

Ses interlocuteurs à peine repartis sans adresser un mot à la presse qui les attendait, il était visiblement d’une humeur massacrante. Il a abandonné son épouse Monique, son ambassadeur à Paris M. Jean Willybiro Sako et les autres membres de sa délégation qui l’attendaient dans un autre salon pour se pointer lui-même au pied de l’avion sur le tarmac et exiger qu’on descende tous les bagages de la soute. Il procèdera ainsi lui-même à une reconnaissance des bagages. Il faut dire que l’avion n’étant qu’un douze places, il ne pouvait pas embarquer tous les membres de sa délégation. Or ceux qui devraient attendre le prochain vol régulier pour Bangui, (il s’agissait de quelques éléments de sécurité, de la presse et du protocole) avaient cru devoir faire embarquer leurs bagages à bord de l’avion spécial. De ce fait, il s’est trouvé que les bagages de Bozizé et son épouse acheminés au dernier moment ne pouvaient plus être montés en soute, celle-ci étant déjà pleine.  

Très énervé, Bozizé a embarqué en premier et pris place à bord de l’appareil sans même attendre d’y être invité par le protocole, abandonnant au salon d’honneur son épouse, son ministre des affaires étrangères le général Antoine Gambi, la ministre du commerce Mme Emilie Béatrice Epaye, le ministre délégué à l’élevage Youssoufa Mandjo, son conseiller financier Mme Lina Rosalem, son aide de camp, bref le reste de sa suite. L’ambassadeur Jean Willybiro Sako a dû monter après dans l’avion pour lui dire au revoir.

Selon nos informations, l’avion devrait faire une escale à N’djaména où Bozizé tenait à rencontrer son suzerain Idriss Déby Itno. On peut aisément deviner que l’affaire du président de la rébellion de la CPJP le colonel Charles Massi, capturé dans un premier temps sur le territoire tchadien il y a quelques jours puis relâché, devrait sans doute faire partie des nombreux sujets de l’entretien qu’il ne manquerait pas d’avoir avec son célèbre interlocuteur.

     

 

Correspondance particulière depuis Paris pour Centrafrique-Presse  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique