Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 16:00




NDLR : Voici une illustration et la preuve de ce que dénonçait dans son discours le délégué de l'Union européenne à Bangui M. Jean Claude ESMIEU, qui doit désormais quitter la RCA après quatre ans de mandat et qui a exprimé son regret de devoir emporter comme triste souvenir de ce pays, les ravages du phénomène de sorcellerie qu'il pense être un facteur de retard et constitue un puissant obstacle au développement de la République centrafricaine.


Source:

United Nations Children's Fund (UNICEF)


Par Rebecca Bannor-Addae


BANGUI,
République centrafricaine, le 12 Mai 2009 - Laurent (ce n'est pas son vrai nom) avait 10 ans quand il a été envoyé à vivre avec son oncle, sa tante et leurs deux petits garçons dans la ville de Bangui, la capitale de la République centrafricaine (RCA). Un jour, son cousin est tombé gravement malade. 

"Pendant deux semaines, mon oncle me battait chaque jour. Il m'a appelé sorcière. Il a dit qu'il y avait un animal vivant en moi», dit Laurent.


Laurent raconte son histoire alors qu'il était assis sur une chaise dans la cour d'un centre soutenu par l'UNICEF pour les enfants vulnérables. "En fin de compte, je me suis enfui. J'ai eu un bras cassé et ma tête saignait de l'un des coups de machette", a-t-il dit. «Je ne suis pas un sorcier. Je ne sais pas ce qu’est un sorcier".


 
Adolescent condamné deux fois


 
Laura (qui est aussi un pseudonyme), 15 ans, est originaire d’un petit village dans le sud de la RCA. Ses parents sont morts quand elle était très jeune, et une tante a pris soin d'elle.
«Je marche souvent dans mon sommeil, et j'ai eu de mauvais rêves. Voix me disait des choses inquiétantes, comme j'ai eu à suivre certaines personnes, même manger leur cœur», dit Laura, ajoutant qu'elle a décidé de dire à sa tante des cauchemars.


 
«Après avoir parlé à ma tante, les soupçons ont commencé», se souvient-elle. "Les gens du village m'ont accusé de choses qui vont mal. J'ai été accusé de causer des maladies, de décès, d'être responsable de la perte de choses."


 
Laura s'arrête de parler et regarde dans l'espace. Malgré son jeune âge, elle a été condamnée à deux reprises pour des accusations de sorcellerie. Elle a purgé sa peine, mais vit maintenant dans la maison de l'un des gardiens à la prison de Mbaïki.

 "Je ne peux pas revenir chez ma tante, parce que les gens du village ne sont pas comme moi. Ils me battent. Ils vont me tuer", explique Laura.


Des boucs émissaires dans les périodes difficiles


Des centaines, voire des milliers d’enfants et des personnes âgées - les femmes en particulier - ont été accusés de sorcellerie en RCA. La croyance en la sorcellerie est très répandue dans la région, mais l’accusation des enfants est une évolution plus récente.


 
L’augmentation des difficultés résultant de décennies de conflits armés et la pauvreté généralisée pourrait être un catalyseur derrière le phénomène. Or, comme les études dans les pays voisins le suggèrent, les accusations de sorcellerie pourraient être une expression de l'incapacité des familles à résoudre une crise ou d'y faire face avec la mort et la maladie.


 
Mais cette désignation de boucs émissaires les plus vulnérables de la société a des conséquences graves. En RCA, la sorcellerie est une infraction criminelle en vertu du code pénal, punissable par l'exécution dans les cas où la «sorcière» est accusée d'homicide. Bien qu’aucun accusé de sorcellerie en RCA n’ait été condamné à la peine de mort, beaucoup ont été arrêtés pour ces pratiques, et les accusés sont souvent victimes de la vindicte populaire.


Documentaire de sensibilisation


 
Il existe peu de données sur les accusations de sorcellerie dans le document en RCA - pour l'UNICEF est la collecte des informations complètes sur la question de soutenir le travail de plaidoyer et de contribuer à mettre un terme à ces graves violations des droits humains contre les femmes et les enfants.

Pour faire la lumière sur le problème et encourager le débat sur ce sujet, l'UNICEF est co-auteur d'un film documentaire, «procès de sorcières en République centrafricaine», qui doit être montré au public dans le cadre d'une initiative de sensibilisation.


 
Les documentaires de Gervais Ngovon, un avocat à la cour à Mbaïki où 10 cas sur un total de 12 au cours d'une seule session concernent la sorcellerie. Les audiences de tous les jours sont un spectacle public. Les accusations sont fantastiques, avec la participation de personnes qui se seraient métamorphosées en animaux ou de foudre, et des vols d'autres âmes.


Protection contre la superstition


 
"Regardez, les gens peuvent croire ce qu'ils veulent»,
dit M. Ngovon, qui représente l'accusé. "Le problème est que ces croyances font que des innocents vont en prison sur la base d'une affirmation qui ressemble à - je ne sais pas - un conte de fée. Dans ce pays, nous n'avons pas de structure pour protéger les faibles, et la plupart des gens croient à la sorcellerie - y compris ceux qui sont chargés de faire respecter la loi. " 

Les détracteurs de ces procès de sorcières reconnaissent que jusqu'à ce que les croyances traditionnelles soient éliminées, la loi reste du côté de l'accusateur.


 
"Je trouve que parfois, l'envoi d'un accusé enfant ou la femme en prison offre la meilleure solution pour la protection de la personne contre les violences, qui ont souvent conduit à la mort»,
dit M. Ngovon.


Pendant ce temps, Laurent et Laura vivent comme des exclus à l'avenir incertain. Laurent a vécu dans un centre soutenu par l'UNICEF pour les enfants vulnérables dans la ville de Bangui depuis 2006. "Ceci est ma maison maintenant. Je ne sais pas où d'autre aller, dit-il. «Je rêve qu'un jour je serai en mesure de retrouver ma famille."

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société