Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 21:37



  L'ineffable Premier Ministre Faustin Touadéra


Un incident diplomatique public a eu lieu samedi 9 mai 2009 dans l’enceinte de la délégation de la Commission européenne de Bangui à l’occasion de la fête de l'Europe. Par certains aspects, il ressemble un peu à celui qui s’était produit à la résidence de l’ambassadeur de France à Bangui lors des festivités du 14 juillet 2007. On se souviendra que ce jour là, des gendarmes français préposés à la sécurité de la résidence de France avaient été passablement malmenés par des éléments de la sécurité du président Bozizé, dont le nombre avait largement dépassé celui qui avait été convenu d’un commun accord avec les responsables français de l’ambassade. 

Cette fois-ci, en l’absence du Président Bozizé qui se trouvait en Afrique du Sud pour l'investiture du nouveau président sud africain Jacob Zuma, c’était le premier ministre Faustin Archange Touadéra, flanqué de quelques uns de ses ministres, qui le remplaçait. Le Ministre d’Etat chargé de la Coopération, Sylvain Maliko, pourtant présent à Bangui, n’a pas assisté à cette fête.


M. Jean-Claude Esmieu
, délégué de la Commission européenne a saisi l’opportunité qui lui était offerte pour dresser un bilan des quatre années qu’il a passées en Centrafrique, puisqu’il doit quitter ce pays dans quelques semaines. Il a donc prononcé pour la circonstance, un discours original et non convenu comme d’aucuns auraient pu s’y attendre. Certains témoins présents à la fête ont rapporté à notre rédaction que les propos de ce diplomate étaient remarquables de qualité, d’humanité, empreints de mesure et de respect pour le Centrafrique et des Centrafricains. Mais M. Jean Claude Esmieu est réputé à Bangui pour être un diplomate qui n’a pas sa langue dans la poche au sujet de certains aspects du régime de Bozizé sur lesquels il estime qu’il n’a pas le droit de se taire. C’est ainsi qu’il n’a pas manqué de stigmatiser, même si cela l’était avec le sens de l’humour et d’espoir que les Centrafricains connaissent de ce monsieur, les tares caractéristiques du pouvoir de Bozizé à savoir, les harcèlements policier et militaire, le haut degré de corruption de la justice, les pratiques de sorcellerie etc…autant de pratiques dont il a dit en avoir été beaucoup choqué.  Mal lui en a pris.


Aussitôt après l’exécution des hymnes de l’Europe et centrafricain, le ministre d’Etat chargé de la communication Cyriaque Gonda et celui de la jeunesse et des sports Aurélien Simplice Zingas quittent la cérémonie en hurlant au scandale. Le ministre Zingas s’est employé à instruire un stupide procès d’intention à M. Jean Claude Esmieu à propos des images et tableaux sur l’Europe et la République centrafricaine présentés en powerpoint sur un écran.  Selon Zingas, lorsqu’il s’agit des capitales européennes, les images présentées étaient des beaux monuments et quand il s’agissait de la RCA, on présentait des macaques. Or il s’agissait en réalité  des images de Bangui, des gorilles et des éléphants de Bayanga, des chutes de Boali etc…


Après un premier départ, le ministre d’Etat Cyriaque Gonda est revenu sur les lieux demander aux autres ministres de quitter l’enceinte de la Délégation de l’Union européenne. Il a ostensiblement tiré la manche le ministre de l’Education ainsi que celui délégué à la Défense Francis Bozizé, leur enjoignant de faire comme lui en quittant les lieux. Ceux-ci ne l’ont pas suivi mais manifestement les sieurs Gonda et Zingas auront crée une situation très embarrassante aussi bien pour M. Esmieu mais surtout pour le premier ministre centrafricain Faustin Archange Touadéra qui a dû bien prendre conscience ce jour là que l’épicentre du pouvoir à Bangui ne se situait pas dans sa primature. Il s’en plaint d’ailleurs beaucoup ces temps derniers auprès de ses proches à qui il n’hésite pas à confier que certains ministres de son gouvernement n’ont aucune considération pour lui et traitent directement avec Bozizé. Il n’a qu’à démissionner ce brave homme… !

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique