Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 00:07

 


 

La reprise de la guerre entre les forces de l’armée nationale tchadienne et la coalition des mouvements politico-militaires tchadiens regroupés au sein de l’Union des Forces pour le renouveau (UFR) qui viennent de pénétrer à nouveau sur le territoire tchadien depuis trois jours, est un sujet de grande préoccupation et d’inquiétude pour les autorités de Bangui.  C’est ainsi que selon des informations crédibles provenant de l’entourage même du président Bozizé, c’est une véritable panique qui s’est emparée des tenants du pouvoir qui se refusent à imaginer l’hypothèse d’un renversement du président Idriss Déby Itno par la rébellion de l’Est tchadien.


Les déclarations et compte-rendu de l’évolution de la situation publiés par les autorités tchadiennes semblent quelque peu fantaisistes et ne sont pas de nature à rassurer les autorités de Bangui qui ont carrément mis en place une cellule de crise pour la circonstance et chargée de suivre ce qui se passe au Tchad voisin. Toujours selon nos informations, le pouvoir de Bozizé  réfléchit sérieusement à la nécessité de voler au secours de son parrain Déby en lui dépêchant quelques tirailleurs de sa garde présidentielle servir de chair à canon. On voit mal comment Bozizé qui a déjà beaucoup de mal à se débarrasser de ses propres mouvements rebelles, pourrait venir en aide efficacement à Idriss Déby Itno.    

Certains analystes et connaisseurs des questions centrafricano-tchadiennes  pronostiquent en effet, qu’un renversement éventuel du président tchadien entraînerait quasiment dans la foulée celui du général président de Bangui. Lors de la première incursion de février 2008 de la rébellion tchadienne qui avait déjà failli prendre le pouvoir mais qui avait échoué aux portes du palais rose de Déby à N’djaména, certaines informations avaient fait état de ce que le président Bozizé ayant clairement perçu le danger, avait à l’époque, discrètement pris contact avec le général Mahamat Nouri, un des principaux leaders de la rébellion armée. Cette fois-ci, il devrait se préparer à prendre langue avec Timane Erdimi désigné entre temps président de l’UFR.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE