Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 19:48

 


Source: Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires - Integrated Regional Information Networks (IRIN)

 Daha, le sud du Tchad, le 5 Mai 2009 (IRIN) - Les organismes humanitaires se dépêchent  d’assurer des vivres et d'autres fournitures de secours pour environ 18000 hommes, femmes et enfants de la République centrafricaine qui ont fui vers le sud du Tchad, dont la plupart ont trouvé refuge près de la frontière. En raison des pluies dans les prochaines semaines, l'accès aux réfugiés risque d’être  réduit, disent les travailleurs humanitaires.

Jusqu'à 100 Centrafricains continuent d'affluer chaque jour au Tchad, fuyant les attaques armées contre les civils et les combats entre rebelles et forces gouvernementales dans le nord de la RCA.

 «La saison des pluies a débuté et la plupart de ces routes [menant aux sites de réfugiés] vont devenir impraticables», a déclaré à IRIN Annette Rehrl, porte-parole de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) au Tchad, "Cela signifie que les réfugiés seront coupés."

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a déclaré dans un récent bulletin:
«La situation est actuellement sous contrôle mais les problèmes d'accès au cours de la saison des pluies, reste un souci pour tout le monde."

Le HCR dit que les réfugiés ne seront pas déplacés, en dépit de la politique de l'agence qui veut qu’un  camp de réfugiés soit pas situé à moins 50 km de la frontière. Le village de Daha, où environ 11.000 de l'18.000 réfugiés vivent, est à quelques mètres de la rivière Aouk, qui forme la frontière entre le Tchad et la RCA.

Les réfugiés ne seront pas transférés ailleurs, le HCR a déclaré Måns Nyberg à IRIN. Le gouvernement n'a pas accepté de désigner un site pour eux d’autant plus que pour la plupart des réfugiés ne voulaient rester que près de la frontière, a-t-il dit.

Mahamat Nour Abdoulaye, coordonnateur de la Commission nationale du gouvernement pour l'accueil et la réinsertion des réfugiés (CNAR), a déclaré à IRIN au cours des missions de la CNAR dans la région, les réfugiés ont dit qu'ils ne veulent pas se déplacer.

"Pour l'instant il n'y a pas de plan pour déplacer les réfugiés. Si nous devons les déplacer, il faudra le faire sur quelques 200 kilomètres, or ils ont dit qu'ils préfèrent rester où ils sont."

Il a noté qu'à l'heure actuelle, les réfugiés sont en sécurité, même avec leur proximité de la frontière.

Beaucoup de réfugiés a dit à IRIN qu'ils ne veulent pas aller plus loin à l'intérieur du Tchad et de laisser derrière eux des parents qui se cachent dans la brousse en RCA.

Les réfugiés vivent dans le village frontalier de Massambagne, quelque 100 km au nord-est de daha. Les Nations unies pour l'enfance (UNICEF) chef par intérim du bureau de Daha, Ahmat Outman Issa, a déclaré à IRIN: «Nous sommes plus inquiets à propos de Massambagne, où il y a un seul bien pour 1000 habitants et plus de 1000 réfugiés."

Les autres réfugiés sont en Betimera et Koi, plus au nord.

L'UNICEF et l'ONG Solidarité s'affairent à construire des puits avant l'arrivée des pluies, ont dit à IRIN les travailleurs humanitaires.

Le Programme alimentaire mondial des Nations unies a commencé à pré-positionner de la nourriture afin qu'elle soit disponible quand les pluies arriveront. Les familles ont récemment reçu deux mois de fourniture de farine de maïs, de légumineuses et d'huile de cuisson, selon Jacques Baikita, assistant du HCR dans la protection des Daha.

 Les Centrafricains de Daha ont dit à IRIN que des civils ont été pris entre deux feux, avec certains qui sont accusés par le gouvernement de soutenir les rebelles.

Les 18.000 réfugiés - qui ont fui par vagues depuis Janvier - portent à environ 70.000 le nombre de Centrafricains fuyant vers le Tchad pour échapper aux conflits armés au cours des six dernières années.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire