Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 01:07

 

Dans une de nos précédentes éditions, Centrafrique-Presse informait ses lecteurs de la présence à Bangui courant avril dernier, d’une délégation d’une quinzaine de personnes représentant une société de réparation d’avions basée au Portugal, et logées à l’hôtel Oubangui hôtel, ex Sofitel. Après un séjour d’une quinzaine de jours, la délégation est retournée à sa base au Portugal non sans avoir préalablement signé avec le président Bozizé un contrat de réparation de son fameux Hercule C 130 acheté environ trois milliards F CFA aux USA et qui, depuis qu’il a été ramené à Bangui, n’a pratiquement jamais repris l’air. Aujourd’hui, le président Bozizé qui doit bientôt démarrer sa campagne électorale des présidentielles de 2010 pour rempiler un second mandat, a décidé de le faire voler à nouveau.

Selon des informations crédibles parvenues à notre rédaction d’un proche du dossier souhaitant conserver l’anonymat, le président Bozizé aurait conclu avec la société portugaise un contrat dont le montant s’élève à 2 millions d’euros, soit environ 1,5 milliard de F CFA. Sur ce montant, 500 millions auraient déjà été déboursés par le trésor centrafricain et remis à la société portugaise. Un échéancier aurait été également convenu contractuellement pour un remboursement mensuel d’un montant de 250 millions de F CFA jusqu’à concurrence du milliard de F CFA restant. Toujours selon nos informations, les Portugais devraient revenir à Bangui du 7 au 14 mai pour remonter avec le Hercules C 130 jusqu’au Portugal avec des escales prévues à Lomé et Dakar, afin de le retaper. En principe, son retour à Bangui est prévu courant septembre prochain car le président entend commencer à battre campagne dans l’arrière-pays au plus tard en octobre 2009, notamment en se rendant à Obo (Préfecture du Haut Mbomou) à l’extrême est du pays, pour la journée mondiale de l’alimentation.

Il faut dire que l’acquisition de cet appareil qui a été mis en circulation en 1956, donc bel et bien  amorti et fatigué, est une ruineuse opération. Le prix d’achat initialement fixé par le vendeur américain a été sans cesse revu à la hausse à cause de divers et nombreux frais venus s’y ajouter. Certains intermédiaires se sont beaucoup sucrés au passage. Il a fallu procéder sur place aux USA à des rafistolages sur l’appareil du fait de sa vétusté technologique et de certaines pièces vitales déjà usagées à remplacer nécessairement. A la suite de plusieurs coûteuses missions techniques d’inspection dépêchées depuis Bangui auprès de l’avion aux USA, d’autres dépenses supplémentaires sont venues se greffer sur la facture d’achat. Les techniciens inspecteurs sont même allés jusqu’à préconiser l’achat d’une caisse à outils à embarquer à bord pour le vol destiné à ramener l’appareil jusqu’à Bangui. Aujourd’hui, avec ce qu’il va falloir encore débourser pour que cet appareil reprenne peut-être un jour les airs, on ne peut qu’en conclure, c’est le moins qu’on puisse en dire, que c’est bien une mauvaise affaire qu’on a fait faire au président centrafricain sur le dos de ses compatriotes.

Enfin, les pays amis et autres partenaires au développement qui accordent sans cesse et sans sourciller, qui des aides budgétaires directes, qui des subventions ou autres crédits au gouvernement centrafricain du président Bozizé, doivent tout de même se poser quelques questions sur la véritable destination et utilisation de ces aides. Profitent-elles réellement au peuple centrafricain ou plutôt à une caste d’individus ? Ils doivent se rappeler de la légende du tonneau des Danaïdes.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation