Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 13:46

 

      Anicet Parfait Mbay

                                                                                        

BANGUI (AFP) - jeudi 30 avril 2009 - 14h20 - Le Boeing 737 qui s'est écrasé mercredi dans l'ouest de la République démocratique du Congo (RDC) transportait au total 7 personnes, toutes membres de l'équipage et qui sont décédées dans l'accident, a affirmé jeudi à l'AFP à Bangui le ministre centrafricain des Transports.
 

"Cet accident a fait sept morts: le pilote, le co-pilote et cinq autres membres de l'équipage", a déclaré le ministre Parfait Anicet Mbay dans la capitale centrafricaine d'où l'avion avait décollé mercredi à destination de Harare (Zimbabwe).


A bord de l'appareil appartenant à la compagnie privée centrafricaine Bako, se trouvaient "deux Camerounais, deux Congolais (du Congo-Brazzaville), un Centrafricain, un Zimbabwéen et un Français", a-t-il ajouté, précisant que l'origine de l'accident n'était pas immédiatement déterminée.

Les services de la Sûreté de l'aéroport Maya-Maya de Brazzaville, où l'avion s'était arrêté pour s'approvisionner en carburant, ont confirmé qu'il transportait sept membres d'équipage ayant tous péri dans le crash.


Mercredi soir, une source aéroportuaire de RDC avait indiqué à l'AFP à Kinshasa que l'avion avait à son bord un pilote algérien et un co-pilote congolais (Congo Brazzaville) lorsqu'il s'est écrasé en atterrissant à l'aéroport de Kenge, dans la province du Bandundu.

Plus tard, le ministre des Transports du Congo-Brazzaville, Emile Ouosso, avait dit à l'AFP que l'appareil, immatriculé en Centrafrique et appartenant à un particulier centrafricain, n'avait pas volé depuis un an.

Selon son homologue centrafricain jeudi, l'avion "a d'abord passé deux ans à Douala (sud du Cameroun) avant d'être transféré à Bangui".


Le Boeing avait quitté Bangui pour être réparé à Harare, la Centrafrique n'ayant "pas de compétence technique pour le dépannage de ce genre d'avion. (...) Les procédures établies ont été observées avant que cet avion ne soit autorisé à aller faire son bilan", a encore dit le ministre Mbay.

"Le gouvernement centrafricain regrette ce crash et présente ses condoléances aux familles des victimes", a-t-il poursuivi.


"L'enquête va être lancée à partir de la boîte noire",
a-t-il ajouté, sans plus de détails.

Selon le ministère des Transports, la compagnie Bako est détenue par des privés centrafricains et est établie en Centrafrique. Ses capitaux sont mixtes. Une source dans ce département a précisé ne pas disposer dans l'immédiat d'informations sur cette société, notamment sur sa flotte.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation