Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 11:19


Thomas Thomas (
BBC Afrique, Ndélé) 30 avril 2009


Selon des informations recoupées par la BBC, jusqu'à 30 personnes ont été tuées par des soldats de l'armée centrafricaine dans la région de Ndélé. 


D'autres exactions perpétrées contre des civils sont attribuées aux forces gouvernementales et aux rebelles.


Pendant ce temps, près de 18 mille Centrafricains se sont réfugiés au Tchad voisin.

Selon l'envoyé spécial de la BBC dans la région de Ndélé, tout s'est passé dans les premiers mois de février, plusieurs semaines après que des combats ont éclaté entre les forces armées centrafricaines, les FACA, et les rebelles qui n'avaient toujours pas donné de nom à leur mouvement à cette époque.


Des éléments FACA, qui pourraient faire partie de la garde présidentielle ont exécuté une vingtaine de personnes, des civils, dans le village de Sokumba, à environ 70 kilomètres de la frontière tchadienne.

Selon les témoignages recueillis dans la région, les soldats auraient accusé les villageois de soutenir les rebelles.


Ils les ont regroupés sous un manguier avant de les exécuter. Il faut noter qu'il n'y a aucun rapport faisant état de combats dans le village et aux alentours ce jour-là.

Les FACA auraient également tué une dizaine de personnes dans deux autres villages.


Le chef de la division "Droits de l'homme " du bureau des Nations unies à Bangui Renner Onana a confirmé ses exactions, qui selon lui, sont commises par les deux parties, les rebelles et l'armée gouvernementale.


L'armée centrafricaine s'est refusée à tout commentaire.


NDLR :  Ce ne sont pas les premières ni les dernières  tueries d'innocents civils dont se rendent coupables les éléments de la garde présidentielle de Bozizé. Tant que l'impunité dont ils continuent de bénéficier eux et leur chef suprême perdurera, il n'y a aucune raison que ces massacres cessent. Comment pourrait-on organiser des élections démocratiques crédibles en 2010 dans un tel contexte de tueries et de violations de droits humains !

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation