Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 21:17

 


Va-t-il pouvoir enfin voler ? Dans la perspective des élections présidentielles de 2010 et afin de pouvoir sillonner plus aisément l’ensemble du territoire centrafricain, le président Bozizé a naturellement songé à faire reprendre du service au vieil appareil Hercules C 130 - que l’ambassadeur Emmanuel Touaboy à l’époque à Washington l’avait aidé à acquérir aux USA à près de 3 milliards F CFA et qui n’a presque jamais volé.  En dehors d’un petit tour à Bossangoa qu’il a effectué peu après son arrivée des USA, le vieux coucou n’a jamais été nulle part et moisissait depuis, quelque part à l’escadrille de Bangui Mpoko comme les deux hélicoptères ukrainiens qui eux-aussi, n’ont jamais pu servir.


C’est à une société basée au Portugal que Bozizé a fait appel. Une délégation d’une quinze de personnes séjourne actuellement à Bangui aux frais de la princesse à l’hôtel Oubangui au bord du fleuve. Elle doit faire le tour avec Bozizé des énormes problèmes techniques préalables à la navigation de  cette encombrante épave. Il faudrait sans nul doute parvenir à l’acheminer  jusqu’au Portugal afin de la remettre en forme mais encore à quel prix. Selon nos informations, Bozizé aurait déjà trouvé 60% du financement de ce reconditionnement de l’appareil.  

 
 

NDLR : Ci-dessous, ce qu’avait déjà écrit à l’époque Centrafrique-Presse, qui avait révélé en exclusivité l’affaire de l’acquisition de cette épave.


 

Centrafrique-presse, Avec Bozizé, où va l’argent du peuple centrafricain ?, 17/08/06


  « Il n’y a pas longtemps Centrafrique-Presse informait ses lecteurs de ce que Bozizé était en train, pour les nécessités de ses trafics mafieux et ses besoins militaires, d’acquérir aux États-Unis d’Amérique un vieil avion de type Hercules C 130 pour 5 765 049 millions USD, soit près de trois milliards de Fcfa. L’ambassadeur de Centrafrique à Washington, Emmanuel Touaboy, n’arrête pas d’effectuer coûteusement et régulièrement plusieurs voyages, non seulement à l’intérieur des USA mais aussi plusieurs allers-retours Washington - Paris - Bangui. […] Un colonel de l’armée tchadienne se trouve présentement aux USA pour prendre les commandes de l’appareil et le ramener à Bangui. […]

Comment Bozizé peut-il sérieusement convaincre ses compatriotes, fonctionnaires, retraités et étudiants de continuer à se serrer la ceinture, parce qu’il n’y a pas d’argent pour payer leurs droits, et qu’au même moment le directeur général du trésor émette des ordres de virement de plusieurs centaines de millions de Fcfa pour l’acquisition d’un vieil avion ! ? Comment les partenaires au développement (le PNUD, l’Union européenne, la France, la Chine, les USA, les pays de la CEMAC etc.), qui ne cessent de faire pleuvoir des milliards de Fcfa, peuvent-ils croire à la sincérité des discours de mendiant de Bozizé, alors qu’il fait sortir des caisses du trésor public des milliards de Fcfa pour acheter un vieil appareil pour ses propres et obscurs besoins guerriers et mafieux ! ? Que dira la délégation des institutions de Bretton Woods qui séjourne actuellement à Bangui ? Elle ne peut pas ne pas demander quelques comptes et explications au Premier ministre, Elie Doté, à son ministre des Finances et du budget, Théodore Dabanga, ainsi qu’au directeur général du trésor, Mahamat Kamoun, au sujet de tous ces milliards de Fcfa qui quittent Bangui pour traverser l’Atlantique. »


Bozizé sait qu’il peut adopter impunément le comportement de ce que Centrafrique presse appelle “la folie d’un dictateur”. Rien ne lui arrivera. Il a été mis là pour garantir les affaires et la politique françaises (cf salve Centrafrique). Quant à la Banque mondiale, elle ne peut que se réjouir que les milliards donnés retournent à leur point de départ. C’est la règle du jeu n’est-ce pas ? Les grands perdants, les Centrafricains, peuvent croupir dans la misère. Au besoin, s’ils se rebiffent, on les convaincra par les armes.


Odile Tobner Billet d’Afrique  survie.org



 

Bozizé fait son marché


Centrafrique
/ jeudi 24 août 2006 par
Xavier Monnier (Bakchich)


L’été, c’est les soldes, y compris en Centrafrique. Gêné aux entournures par les conflits latents du Tchad et du Darfour, le régime de Bangui a fait quelques emplettes militaires ces derniers temps.


Comme tous les grands angoissés, le président centrafricain François Bozizé se laisse aller à quelques folies. Putschiste démocratiquement élu, le patron de Bangui craint que les conflits à ses frontières (Tchad, Darfour) ou ses prédécesseurs (Ange-Félix Patassé notamment) ne viennent le déstabiliser.

Aussi, en ces temps estivaux, l’homme a-t-il décidé de faire des emplettes et de casser la bien maigre tirelire de l’Etat. Après tout, le 13 août dernier, c’était la fête nationale. Autant se faire des cadeaux.


La semaine dernière, un Hercules C-130, petit bijou de l’aéronautique et succès mondial, a posé ses ailes à Bangui. Avion spécialisé dans le transport de troupe et de matériel militaire, la bête a coûté la bagatelle d’un milliard 650 millions de FCFA (2, 5 millions d’euros), somme qui a transité vers les Etats-Unis.


L’achat a été réalisé via l’ambassade de Centrafrique à Washington, en avril 2006, selon un document que s’est procuré Bakchich, et la somme versée sur le compte qu’elle possède dans une agence Citybank de la capitale fédérale américaine.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique