Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 23:30

 


       Saifee DURBAR

Le 21 mars, le président François Bozizé a adressé une lettre à Bruno Joubert, Conseiller Afrique de l’Elysée, sur le cas de Saifee Durbar, poursuivi par la justice française mais qui bénéficie d’une immunité en tant que « vice ministre des affaires étrangères et de la coopération » avec résidence à Londres (LC n° 560). Le chef de l’Etat centrafricain explique au conseiller français que Saifee Durbar a « toujours témoigné de l’intérêt pour mon pays et m’a proposé de mobiliser des financements en vue de son développement économique ». C’est « à titre honorifique que je lui ai accordé un rang ministériel. Mon intervention n’a jamais été de le faire bénéficier d’une immunité de juridiction », se défend le président centrafricain, en affirmant que Saifee Durbar est prêt à venir à Paris s’expliquer devant la justice française, accompagné de son avocat.

 

GFI aussi roi de Centrafrique


Selon nos informations, ce n’est pas seulement en République démocratique du Congo (RDC) - où il a déjà beaucoup à faire ! - que George Forrest (GFI) va toucher les dividendes de son rôle de « facilitateur » entre le président François Bozizé et le groupe Areva pour la signature de l’avenant n°1 de l’exploitation du gisement d’uranium de Bakouma (LC n° 547). D’après nos sources, George Forrest International va bénéficier de huit permis miniers au Nord et à l’Est de Bakouma (Areva), ainsi que des contrats pour fournir l’énergie électrique nécessaire aux installations minières de la région. On se rappellera que le Congolais Richard Ondoko, principal actionnaire d’Uranio AG et Hydro Finance Ltd - et qui vient d’organiser un mariage somptueux au Botswana – détient un permis minier à l’Ouest de Bakouma. Il ne manque plus qu’un centre de coordination…

Source : Lettre du Continent n° 563 du 23 avril 2009


 

Quel arbre cache Georges Forrest ?

Vendredi 3 avril 2009

QUAND LE CAPITALISME EST "MORALISE"...

George Forrest, le "roi des mines" congolaises, a joué un rôle-clé dans la négociation de l'accord d'exploration et d'exploitation d'uranium signé par Anne Lauvergeon, le 26 mars à Kinshasa. La patronne d'Areva est arrivée à bord de son propre avion une heure avant le président Nicolas Sarkozy, en visite officielle. Forrest, entrepreneur d'origine belge détenteur de plusieurs passeports, est consul honoraire de la France en RDC. Son groupe, George Forrest International (GFI), opère de longue date dans l'industrie minière, en particulier au Katanga.

Le contrat avec Areva était en négociation depuis deux ans. Lauvergeon s'était entretenue sur le sujet avec le président 
Joseph Kabila lors de son passage à Paris l'année dernière. Une filiale locale présidée par Zéphirin DiabréTsongaye, avait en outre été créée en 2008. L'accord du 26 mars porte sur la mine d'uranium de Shinkolobwe, près de Likasi dans la province katangaise. Shinkolobwe relevait jusqu'à présent du monopole de l'Etat sur l'exploration et l'exploitation d'uranium. Dans le cadre de l'accord, Areva va travailler avec la
Gécamines, l'entreprise nationale de cuivre dirigée par Paul Fortin et dont GFI connaît par cœur les arcanes. Areva va aussi passer en revue le potentiel uranifère de l'ensemble du pays.

George Forrest s'est considérablement rapproché de l'Elysée ces dernières années. L'homme d'affaires, qui dispose de ses entrées au "Château", est devenu très proche de Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret et ami personnel du président Sarkozy. Balkany était du voyage du chef de l'Etat le 26 mars, et en a profité pour retrouver Forrest. L'année dernière, c'est George Forrest qui a facilité la signature de l'accord d'avenant de la convention minière d'UraMin CAR Ltd, filiale d'Areva pour l'exploitation de l'uranium de Bakouma en Centrafrique (AMI nº187). Pour ce dossier - qui était en en souffrance -, Forrest a été épaulé par un proche de Balkany et par Fabien Singaye (conseiller spécial du président centrafricain François Bozizé), également présent lors de la visite de Sarkozy à Kinshasa. Forrest et Singaye sont également partenaires en affaires : ils viennent de racheter à Bangui la société Aurafrique (or).

 

Le dossier "Bruguière" sur le génocide rwandais se vide de sa substance

Lundi 6 Avril 2009 | | powered by

(Belga) Le dossier monté par le juge d'instruction français Jean-Louis Bruguière sur le génocide rwandais menace de s'effondrer, révèle un journal lundi. Le traducteur rwandais qui a assisté le juge dans les interrogatoires de témoins s'avère être "tout sauf neutre".

Fabien Singaye, le traducteur, est le beau-fils de Félicien Kabuga, l'un des financiers du génocide toujours recherché par Interpol, et était lié au clan présidentiel. Il opérait également comme agent de renseignements pour le régime alors qu'il travaillait à l'ambassade du Rwanda à Berne. "Avec un traducteur aussi 'engagé' que Fabien Singaye, rien d'étonnant à ce que des témoins comme Emmanuel Ruzindana (qui ne parle pas le français) aient déclaré par la suite n'avoir rien reconnu des propos qu'ils avaient réellement tenus", écrit le quotidien. (CYA)

 

Les irradiants intermédiaires d’Areva

Pour manier l’uranium africain, l’Elysée utilise de rayonnants intermédiaires. Fabien Singaye, conseiller présidentiel centrafricain et Georges Forrest, diplomate et exploitant de mines français.

L’objectif du speed dating de Sarko (26-28 mars) en Afrique était rayonnant. Vendre Areva, le géant nucléaire français, au continent et lui ouvrir la voie vers les gisements existants et à venir, au Congo-Kinshasa, au Niger et…finaliser l’accord avec la Centrafrique.

 Mission réussie. À la manœuvre pour aider Anne Lauvergeon, gentille accompagnatrice du chef de l’Etat lors de sa tournée, deux étranges loustics…Qu’elle côtoie depuis des mois et dont le rôle dans la signature des différents accords a été essentiel : Fabien Singaye et Georges Forrest.

 Chemise ouverte, chaîne en or qui brille dans les fauteuils du Sheraton Charles de Gaulle, Singaye ne fait ni ses 51 ans, ni toutes ses vies. Au moins 3 pour le Rwandais. Celle d’avant le génocide de 1994. Proche de la famille du président Habyarimana, en poste à l’ambassade de Kigali à Berne au moment des massacres, le Hutu sourit quant à son appartenance aux services de renseignement rwandais. « J’étais diplomate, je servais mon pays », lâche-t-il dans un sourire. Le génocide, pour lequel son beau-père, Félicien Kabuga, est encore recherché par la justice rwandaise, lui tire des larmes. « 180 personnes de ma famille et des amis ont péri ».Quant à sa filiation avec l’homme d’affaires soupçonné d’avoir été le financier de la Radio génocidaire des milles collines « avoir un beau père ne fait pas de moi un génocidaire ».

Et ce qui devait arriver Areva Oliv’

Déjà l’homme avait des relations. Paul Barril notamment, l’ancien du Gign et des Irlandais de Vincennes, qu’il fit venir au Rwanda pour enquêter sur l’attentat qui a coûté la vie au président Habyarimana…et qui au passage marqua le début du génocide. Le 6 avril 1994.
La deuxième vie a été de bric et de broc, « consultant » divers et variés. « Ouvreur de portes ». On en saura pas plus. Jusqu’à l’accession au poste de conseiller du président centrafricain Bozizé…Et de ses réserves d’uranium. « Areva a eu des problèmes avec la Centrafrique, j’ai proposé de les régler ». C’était en 2007, et Lauvergeon a mordu à l’hameçon. Ce jour-là, le 7avril, il sort tout juste d’un nouveau petit déjeuner au Ritz avec la boss d’Areva, et l’acolyte Georges Forrest. 3e larron de cet improbable trio, lié à Singaye depuis l’époque helvétique.

Néo-zélandais d’origine, belge de nationalité, consul honoraire de France au Katanga de représentation, entrepreneur spécialisé dans les mines de profession. A 61 ans, le bonhomme a fait l’objet de multiples enquêtes journalistiques, pour son côté « pro-consul » de la riche province de RDC. Sans qu’aucun trop lourd dossier ne lui soit imputé. Soupçons de ventes d’armes, de trafics de diamants, d’exploitation illégale de gisements, de contrats léonins passés dans un Etat en guerre et faillite perpétuel… Ami avec le maréchal Mobutu, le madré patron-diplomate a su se faire adoubé par les successeurs du maréchal président. Tant Kabila père, que Kabila fils l’actuel président. Un malin que protège la cellule Afrique de l’Elysée, un brin inquiète quand l’homme s’est rapproché de…Patrick Balkany.

 Le député-maire de Levallois-Perret a fait partie de la délégation du Sarko-tour en Afrique. Après avoir fait, tout seul le tour du propriétaire, à l’été 2007, époque à laquelle il a sympathisé avec Singaye et Forrest.

 Avec des tels parrains, Areva est entre de bonnes mains.

Xavier Monnier
Bakchich

 

 

Fabien Singaye : « conseiller spécial » auprès du Général-Président Bozizé et ami intime du « Consul » centrafricain Philippe Solomon. Il a travaillé pour le couple présidentiel rwandais Habyarimana. Il dirigea depuis l’ambassade du Rwanda à Berne un réseau d’espionnage contre « les opposants au régime de Habyarimana ». Il est par ailleurs le beau-fils du principal financier du génocide des Tutsi, Félicien Kabuga, en fuite depuis1994. Déclaré persona non grata en Suisse, Singaye a été recueilli par Paris et l’intelligentsia oisive et friquée africaine de la capitale française. Décidément, l’Afrique n’a pas de chance !

« tel le phoenix qui renaît de ses cendres, il changea de continent, direction l’Afrique. Grâce à son amitié avec le président putschiste centrafricain Bozizé, il obtint la nationalité centrafricaine et, cerise sur le gâteau, il décrocha le titre de Consul de Centrafrique en...Israël ! Suite à cette nomination, les services de renseignement et les hommes d’affaires israéliens ont pu s’implanter en Centrafrique pour, dit-on, « assurer les intérêts économiques d’Israël et surveiller la commercialisation du diamant qui alimenterait les réseaux du Hezbollah ».

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique