Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 22:51




Daha, Tchad, Mars 27 (UNHCR) - Des dizaines de milliers de civils de la République centrafricaine ont fui vers le sud du Tchad pour échapper au banditisme et aux combats entre le gouvernement et les rebelles au cours de ces dernières années. Ache Abakar n’a jamais imaginé qu'elle serait un jour parmi eux.


 
Mais samedi dernier, la vieille de 50-ans a traversé la rivière Aouk barh avec ses cinq petits-enfants et a cherché refuge dans le village tchadien de Daha. Ils avaient passé trois jours en route, tout en se cachant dans la brousse la nuit et se nourrissant de mangues, après les combats, ils ont finalement atteint leur village dans la région nord-est de Ndéle en République centrafricaine.


"Tout le monde dans notre village a fui vers le Tchad. Certains sont encore en chemin. Il ne devrait rester à Kounde [village],"
a dit Ache au HCR peu de temps après son arrivée ici. "C'est la première fois que je suis réfugiée dans ma vie. Je ne me suis jamais attendue à cela». Elle était parmi un groupe de plus de 130 civils qui sont arrivés au Tchad, le même matin, la plupart d'entre eux portant un petit nombre de biens et de vêtements sur le dos.


Quelques personnes ont franchi la rivière sur des bicyclettes. Ils sont rassemblés sous les arbres de la rive en attendant que les membres d'une équipe du HCR puissent les guider au centre d'enregistrement. Depuis la dernière vague de violence qui a éclaté à la mi-Janvier à la frontière, le personnel du HCR de Daha a enregistré plus de 8000 réfugiés en provenance de la République centrafricaine. Un nouveau cortège de 2500 ont été enregistrés à Massambaye, situé à 125 kilomètres à l'est de Daha.


 
Les réfugiés de Daha, principalement des femmes, des enfants et des personnes âgées, ont reçu un accueil chaleureux et généreux de la population locale. Ils vivent dans deux sites à proximité du village et sont en mesure d'utiliser les installations de santé et d'éducation.


 
Mais l'arrivée d'un si grand nombre de personnes dans l'est du Tchad, région du Salamat a pris les autorités locales et les travailleurs de l'aide humanitaire par surprise et montré comment le conflit en RCA s'est propagé. Quelques 56.000 réfugiés centrafricains vivent dans cinq camps de réfugiés plus à l'ouest car ils sont victimes d'un conflit.


Les nouveaux arrivants vont bientôt s'installer comme réfugié, mais pour l'instant ils sont fatigués et affamés - surtout les enfants. Ils ont bientôt ouvrir à des étrangers, en expliquant comment les troubles qui couvent en RCA ont finalement atteint une partie de leur du pays.


 
"Les rebelles sont venus dans notre village et nous ont demandé de leur remettre toutes nos denrées alimentaires et des biens. Nous n'avions pas le choix»,
Ache dit, ajoutant que l'armée est arrivée plus tard et les ont accusés de soutenir les rebelles. Ils ont décidé de fuir après avoir appris qu’un village voisin a été attaqué et 25 personnes tuées.


 
Les réfugiés originaires de tous les 18 villages le long de la route de Ndélé à Ngarba dans le nord-est de la RCA, où les combats ont éclaté entre les tribus rebelles et les forces armées depuis plus de trois mois. Bien que le gouvernement a fait des ouvertures de paix, la région reste instable et les gens sont toujours en fuite.


 
Le HCR a envoyé une équipe d'aide d’urgence à Daha avec des fournitures, y compris des feuilles de plastique, des matelas, des couvertures et des ustensiles de cuisine. L'agence de Médecins Sans Frontières aide le centre de santé local. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a fourni des moyens de subsistance, tandis que les Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a vacciné tous les réfugiés et les enfants contre la poliomyélite et la rougeole et a lancé des programmes de nutrition et d'assainissement de l'eau.


 
Apporter de l'aide à la région est un immense défi logistique d’autant que Daha est situé à près de 1000 kilomètres au sud de la plaque tournante du HCR d'Abéché dans l'est du Tchad. La plupart des aides se font par la route, tandis que certains membres du personnel viennent par hélicoptère. Au cours de la mi-Octobre, la saison des pluies, Daha sera inaccessible par la route et le flux de l'aide sera réduit.


 
Cela ne semble pas déranger les réfugiés, qui peuvent trouver des poissons dans la rivière. «Notre bétail est encore de l'autre côté [de la rivière frontalière], et nous avons déjà semé des cultures dans nos champs», a déclaré Hapitsa, une mère de quatre enfants, qui a ajouté que la plupart des hommes étaient restés en RCA. Elle a dit qu'elle était prête à passer à un camp de réfugiés, tant il est proche de la frontière et leurs maisons de l'autre côté.


 
Mais les nouveaux arrivants n’ont pas passé trop de temps à penser à la réinstallation ou au rapatriement. "Le plus important, c'est que nous soyons vivants. Nous allons vivre ici. Et maintenant, enfin, nous pouvons nous reposer", a déclaré Ache.

 
Par Annette Rehrl à Daha, Tchad

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société