Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 21:50




Le problème de la situation des diplomates et agents de l’Etat centrafricain travaillant au sein de  l’ambassade de la RCA à Paris qui sont rappelés à Bangui et ceux qui doivent en principe les remplacer, continue de constituer une pomme de discorde entre Bangui et le Quai d’Orsay. Ces derniers temps, le gouvernement français a exigé un reformatage et un redimensionnement de l’effectif des diplomates centrafricains à Paris et surtout, le retour de ceux qui sont rappelés à Bangui avant de délivrer des visas à ceux qui devraient leur succéder. Cela a eu pour conséquence que les fonctionnaires rappelés n’ont jamais regagné Bangui et demeurent toujours sur le territoire français.

De même, ceux censés les remplacer en poste, n’ont jamais pu obtenir leurs visas pour rejoindre Paris. Ce fut le cas du général Jean Baptiste Sérénam qui devrait relever le colonel Thierry Gallot comme attaché de défense. Il n’a jamais pu quitter Bangui et a fini par passer son arme à gauche courant février dernier. Le problème à présent est que le visa de séjour du colonel Gallot a expiré et le quai d’Orsay refuse de le renouveler. Va-t-il continuer à rester à son poste, son successeur étant déjà décédé ?

La situation de monsieur Dongopandji, l’ancien premier conseiller de l’ambassade qui jouait encore les prolongations en circulant toujours à Paris, n’est pas meilleure. Ce dernier ne pourra plus revenir à Paris, son visa ayant expiré entre temps alors qu’il se trouve présentement à Bangui. Sa tentative de faire renouveler son visa ne semble pas se présenter sous de bonnes augures.

Par ailleurs, alors que le Quai souhaite une sérieuse réduction du nombre des diplomates centrafricains à Paris, à peine arrivé à la tête du département des affaires étrangères, le général Antoine Gambi vient de faire bombarder son fils aîné, conseiller auprès de la même ambassade parisienne.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE