Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 18:43

 



Manifestation des jeunes pour la paix en Centrafrique

APA Bangui (Centrafrique) 26-03-2009 - Des centaines de jeunes centrafricains ont manifesté jeudi dans les rues de Bangui pour réclamer la paix sur l’ensemble du territoire national et apporter leur soutien au président François Bozizé, a constaté APA sur place.

Les manifestants, pour la plupart des élèves des établissements secondaires de la capitale, se sont rassemblés jeudi matin à 7h00 locales (6h00 TU) à la place Marabena.

Après avoir chanté l’hymne national, ils ont commencé à marcher en direction du palais présidentiel situé 5 km plus loin, en passant par les avenues des Martyrs et Boganda.

Ils brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire des slogans tels que «nous exigeons la paix sur l’ensemble du territoire», «soutien au président Bozizé», «non à Charles Massi»...

Une fois au palais de la renaissance (présidence de la République), les manifestants ont été reçus par le président François Bozizé.

La manifestation des jeunes avait pour but de dénoncer la création, début mars, de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), une entité regroupant deux ex-chefs rebelles, Abdoulaye Miskine et Abakar Sabone.

L’ancien ministre, Charles Massi, qui a rejoint la rébellion après son éviction du gouvernement en janvier 2008, est le coordonnateur et porte-parole de la CPJP.

Dans son tout premier communiqué publié le 12 mars, la Convention réclame la dissolution immédiate de l’actuel gouvernement de large ouverture et l’ouverture d’un dialogue avec le pouvoir en vue de la formation d’un «gouvernement de consensus».

Signataires des accords de paix avec le gouvernement, MM. Miskine et Sabone se sont engagés en décembre dernier, à l’occasion du Dialogue politique inclusif (DPI), à abandonner les armes pour la lutte politique démocratique, ainsi qu’à contribuer à la consolidation de la paix dans le pays.




Discours du prétendu représentant de la jeunesse centrafricaine



Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat,



Mesdames et messieurs,

Chers compatriotes jeunes,

 

La République Centrafricaine, notre cher et beau pays, a vécu ces dernières décennies, l’une des pages les plus sombres de son histoire caractérisée par l’instabilité politique chronique, l’insécurité généralisée et la destruction organisée des biens et infrastructures de l’Etat.

 

Ces phénomènes qui sont une conséquence de la constitution de multiples groupes militaro-politiques ont engendré un climat sécuritaire délétère et contribué à l’accentuation de la pauvreté au sein de la population centrafricaine, avec comme principales victimes les femmes, les jeunes et les enfants.

 

Le peuple centrafricain, la Jeunesse en particulier s’est  retrouvée prise en otage par les faucons de la guerre, assoiffés du pouvoir qui, animés par des mains invisibles, comptent assouvir leurs ambitions politiciennes sur le sang des centrafricains.

 

Excellence Monsieur le Président de la République, le sursaut patriotique du 15 mars 2003 qui a vu la mobilisation de tout le peuple centrafricain uni comme un seul homme sous votre impulsion pour mettre en déroute les forces du mal et les ennemis de la République et, mettre un terme à la souffrance du peuple centrafricain, a en son temps, été salué par toute la communauté nationale et internationale.

 

Depuis, la Jeunesse suis avec beaucoup d’intérêt les efforts consentis par votre Excellence pour le retour à la normalisation politique, à la paix et à la sécurité dans notre pays.

 

L’enracinement de la démocratie dont la tenue des élections libres et démocratiques en 2005 reste une parfaite illustration de votre qualité de démocrate convaincu, avant-gardiste des droits de l’homme.

 

L’éclatante réussite des assises du Dialogue Politique Inclusif qui a regroupé les principaux acteurs politico-militaires et ceux de l’opposition démocratique atteste votre volonté incontestée de rassembleur et d’homme de Dialogue et de Paix.

 

Aussi, pour tous ces efforts dont les résultats palpables sont aujourd’hui perceptibles à travers toute la République notamment l’unité nationale et  la confiance retrouvée entre tous les centrafricains, la paix et le redressement économique, la Jeunesse Centrafricaine, celle du KNK, des partis politiques   de la majorité Présidentielle, des Organisations Non Gouvernementales et de la société civile, a tenu manifester ce jour son soutien total à la politique d’unité nationale, de paix et de développement impulsée par votre Excellence.

 

La Jeunesse entend ainsi marquer son opposition la plus ferme à ceux qui, au lieu de capitaliser les acquis du Dialogue Politique Inclusif, veulent réveiller les vieux démons de la haine et de la division.

 

Elle met en garde tous ceux qui de prêt ou de loin par leurs agitations, tenteraient de porter atteinte aux institutions de la République. Ils nous retrouveront devant eux, unis comme un seul homme pour défendre par tous les moyens quitte à verser notre sang, les intérêts de notre patrie.

 


A cet effet, la jeunesse en appelle à tous les Centrafricains, de l’Est à l’Ouest, du nord au Sud, à la mobilisation et à la vigilance afin de barrer la route aux ennemis de la nation, assoiffés du pouvoir qui se laissent instrumentaliser par les forces du mal et les mains invisibles contre le peuple centrafricain.

 

 

La Jeunesse appelle tous les pays amis de Centrafrique, à soutenir vos efforts pour le retour véritable de la paix, de l’unité nationale et du développement de notre pays.

 

Ne dit-on pas que « l’ami de ton ami est ton ami » ? Et que « l’ami de ton ennemi est ton ennemi » ?

 

Ceux qui soutiennent les ennemis de la République Centrafricaine et œuvrent pour l’instabilité politique dans notre pays, porteront le lourd poids du jugement de l’histoire.

 

  • Nous voulons une coopération franche et gagnant-gagnant ;
  • Nous voulons le respect de la souveraineté de notre pays et de nos institutions ;
  • Nous voulons le respect du libre choix de ses dirigeants par le peuple centrafricain
  • Nous voulons la paix pour garantir à la Jeunesse Centrafricaine un avenir meilleur.

 

Ensemble, la Jeunesse unie au sein du « Pacte de la Jeunesse pour la Défense de la Patrie », marque son soutien total au Général François BOZIZE YANGOUVONDA, Président de la République Chef de l’Etat, Champion de la Paix, de l’Unité et du Dialogue, le Grand Rassembleur.

 

Je vous remercie.


Centrafrique : MARCHE DU 26 MARS 2009 : ECHEC ET MAT


Il n'est un secret pour personne que ces jeunes en quête d'argent ont été regroupés dans une coordination sous la supervision de Rigobert Vondo et les ministres "très proches" du Président Bozizé.

La marche "contre la France et la Libye" tant préparée par le Président Bozizé et ses proches en utilisant certains jeunes tels que Baron Adramane, Didacien Kossimatchi, Thierry Bébona, Jocelyn Namsemna, Nguinon Bienvenu, Rodigue Maïté pour ne citer que ceux-là, a été un échec.

Il n'est un secret pour personne que ces jeunes en quête d'argent ont été regroupés dans une coordination sous la supervision de Rigobert Vondo et les ministres "très proches" du Président Bozizé. Ils ont créé, pour la cause, le PJDP (Pacte de la Jeunesse pour la défense de la Patrie). Cette structure, fabriquée de toutes pièces, devait servir de fer de lance au Pouvoir de Bangui en mal de popularité et de LEGITIMITE nationale.

Mais, force est de constater qu'en dépit des gros moyens financiers, logistiques, humains en plus de la forte sensibilisation avec tous les supports de communication disponibles, la marche du 26 mars 2009 a été un échec amer.

Le Président Bozizé est-il devenu si impopulaire au point de ne pouvoir rassembler, dans la seule ville de Bangui, que des élèves de l'école primaire, accompagnés de quelques enseignants craignant pour leurs postes, brandissant les pancartes de leurs établissements et des badauds payés pour faire le travail ?!!

On pouvait lire sur certaines pancartes tenues :

NON A LA FRANCE (barré d'une croix rouge), INGRAT – FAUX

NON A ABAKAR SABONE

NON A CHARLES MASSI

NON A ABDOULAYE MISKINE

NOUS VOULONS LE DÉVELOPPEMENT DE NOTRE PAYS

Le Président Bozizé dont la présence était annoncée depuis fort longtemps, - mais ayant constaté le fiasco  -  s'est fait représenter par son fidèle ministre, Fidèle Ngouandika, l'un des organisateurs. L'impopularité du Pouvoir de Bangui, si besoin en est, est encore une fois prouvée.

Source : Cellule communication du CPJP


Ci-dessous quelques slogans qu'on pouvait lire sur les prospectus distribués lors de la marche KNK

 


 

LA JEUNESSE CENTRAFRICAINE SOUTIENT LE MINISTRE SAIFEE DURBAR ET DIT NON AUX TRACASSERIES POLITICO-JUDICIAIRES DE LA FRANCE !


ENSEMBLE POUR LA GRANDE MARCHE DE SOUTIEN AU PRESIDENT
FRANCOIS BOZIZE YANGOUVONDA

NOTRE PAYS NOUS APPARTIENT, NOUS VOULONS NOTRE INDEPENDANCE POLITIQUE ET ECONOMIQUE

NON A LA DIVISION ET A L'INGERANCE OCCULTE DE CERTAINS PAYS AMIS

NON A LA MAINMISE DE LA FRANCE SUR NOS RESSOURCES NATURELLES

NOUS VOULONS LE RESPECT DE LA SOUVERAINETE NATIONALE

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique