Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 01:16




 

 

Les Afriques 03-03-2009  Interview conducted by Adama Wade, Casablanca

Dans une interview exclusive, à paraître ce jeudi dans Les Afriques, Saifee Durbar, vice ministre des Affaires étrangères de la République Centrafricaine, sous le coup d’un mandat d’arrêt émis en France, livre sa version des faits.

 

 

 Les Afriques: En France, vous avez été reconnu coupable de fraude. Qu’en est-il de tout cela ?


 
Saifee Durbar: Oui. C'est complètement faux que l'histoire a été lancée en même temps. En 1995, j'ai été accusé d'avoir commis des transactions frauduleuses s'élevant à 2,5 millions de dollars. Si vous lisez le Times, vous verrez que je suis censé avoir gagné une valeur de 5 milliards de dollars en 1994 et posséder une maison de 14 millions de dollars à Cannes. Pourquoi quelqu'un aurait une valeur tout autant de risques pour si peu?


 
LA: Comment avez-vous fini avec la République centrafricaine?


 
SD: En 1998, le Président Patassé, m'a invité. Je suis immédiatement tombé amoureux de ce pays et son peuple. C'est un pays qui est riche en minéraux, mais très pauvre, avec un revenu inférieur à un dollar par jour pour la plupart de ses habitants. Le président a fait de moi son conseiller économique. J'ai investi mon propre argent dans plusieurs secteurs, y compris le transport urbain et l'exploitation minière. J'ai importé 24 bus de Paris. Ce n'est qu'après tout cela que je me suis rendu compte que quelque chose ne tournait pas rond dans l'entourage du président. Il y avait des gens qui ne pensaient qu’à eux-mêmes. J'ai quitté la République centrafricaine en 2000.

 Mon rêve, qui est devenu un véritable projet, est de construire un chemin de fer, qui aille d'un bout à l’autre du pays. Si Dieu le veut, cela se fera en 24 mois.

 
LA: Il semble que la séparation n'est que temporaire?


 
SD: En 2002, j'ai démissionné et suis retourné à Londres. En 2005, je suis venu pour voir le chef de l'Etat, son Excellence, François Bozizé. Il est un leader honnête et juste qui défend les intérêts de son pays. Il m'a nommé d'abord comme conseiller du président en 2006 puis fait de moi un conseiller spécial. Dans cette position, j'ai dû aller à l'encontre de grands intérêts et de ce qui a entraîné dans une affaire judiciaire qui a été réalisée rapidement, sans même que je sois amené à comparaître. J’ai reçu une amende de 318.000 euros alors que la personne responsable de l'ensemble est encore libre.

 
LA: Quand vous dites "grand intérêt", à quoi faites-vous allusion?


 
SD: En 2007, cette compagnie a acheté UraMin pour 2,5 milliards d’euros, au terme d’une OPA qui n’avait pas l’aval des autorités centrafricaines. Comme c’est le cas dans tous les pays du monde, de telles transactions qui, de plus, concernent dans le cas d’espèce un important maillon du tissu économique local, requiert le feu vert des autorités. Areva, qui n’a rien payé à l’Etat, n’avait donc pas rempli les conditions requises. En tant que conseiller du président, ce dossier m’a été remis en main. J’ai engagé des avocats. A un moment, Areva voulait négocier, se sachant dans l’illégalité. Puis, c’est le revirement. L’affaire a été politisée 
 

LA: Selon vous, votre conviction de 2007 avait quelque chose à voir avec le cas d'Areva?

 
SD: La coïncidence est pour le moins troublante,. C'est en Juillet 2007 que le président m’avait confié cette affaire. J'ai embauché des avocats pour étudier les solutions juridiques possibles pour régler l'affaire. Un mois plus tard, en août, le gouvernement français a lancé un mandat pour mon arrestation. Avec le gouvernement formé le 19 Janvier, j'ai été nommé vice-ministre des Affaires étrangères. Mais Paris refuse toujours de confirmer si oui ou non, j'ai l'immunité. Je me demande si tel en serait le cas dans un autre pays.


 
LA: Mais la France a changé, n’est-ce pas? Le Président Sarkozy marque un tournant dans
les relations avec l'Afrique française, n'est-ce pas?


 
SD: Oui, c'est vrai. Mais je pense que le Président Sarkozy ne sait pas à propos de cette affaire qui est censée être gérée par une entité africaine. Cependant, il y a peu de choses qui ont vraiment changé.

 
LA: Vous êtes maintenant présenté comme un bailleur  de la République centrafricaine. Est-ce vrai?


 
SD: L'année dernière, certaines personnes ont été surprises que j'ai contribué à la paie de 2 mois de salaire des fonctionnaires En fait, ma contribution est moins importante depuis que j'ai cherché à utiliser les recettes de l'État de façon adéquate afin de recueillir les sommes nécessaires.


 
LA: Franchement, avez-vous des ambitions réelles pour la République centrafricaine?


 
SD: Bien sûr. Mon rêve, qui est devenu un véritable projet, est de construire un chemin de fer, qui s'étende d'un bout à l’autre du pays. Si Dieu le veut, cela se fera en 24 mois. La ligne ira du Cameroun au Soudan et l'Afrique fournira quelque chose dont elle a besoin plus que jamais: la mobilité. Les coûts de transport sont si élevés que toutes les entreprises économiques en sont affectées.

 
LA: Alors, comment allez-vous financer ce projet?


 
SD: Eh bien, c'est tout simplement un projet viable. Tous les navires qui passent par la Méditerranée et le canal de Suez, rêvent d'un chemin de fer qui donne accès aux points les plus éloignés du continent. Le de temps voyage serait réduit de 14 jours pour les marchandises destinées à la République centrafricaine. En outre, un projet de cette nature contribuera à un environnement de paix au Soudan, parce que toutes les guerres civiles que nous avons pu voir dans la région ne peuvent être résolues que grâce au développement et à l'amélioration du transport. Pour un pays riche, riche en bois, l'agriculture et les immenses gisements de minéraux, l'amélioration des transports est un impératif.


LA: Dans l'avenir, comment pensez-vous que les relations entre la France et la République centrafricaine vont évoluer?


SD: La France est le plus logique des partenaires de la République. Nous avons besoin de son savoir-faire et son expertise. Mais cela doit être un partenariat gagnant-gagnant qui permette de générer la prospérité pour tous. Je crois vraiment cela.

 
LA: Quelle est la source de votre fortune?


 
SD: Mon grand-père est le dernier Maharaja. Mon père est parti en exil au Pakistan, après  l’indépendance de l'Inde en 1947, il s'est installé en Arabie Saoudite. Il a fait sa fortune dans le textile et la finance. Mais j'ai fait la mienne en utilisant mes propres moyens, sans l'argent de la famille. J'ai commencé à Londres en 1986, avec un emploi dans une station essence. Ensuite, je suis devenu un coiffeur, puis j'ai lancé ma propre société d’import / export. En 1999, je me suis intéressé à la banque. J'ai été un courtier en opérations immobilières. J'ai effectué les opérations de beaucoup de riches Saoudiens. Ce sont des domaines que je connais presque naturellement.

 
L'OPA qui divise Paris et Bangui


 
La société française Areva, a acquis les trois titres détenus par UraMin dans ses mines d'uranium en République centrafricaine, en Afrique du Sud et en Namibie par l'intermédiaire d'un standard d'OPA sur le marché boursier de Londres. La valeur a été fixée à 2,5 milliards d'euros. Le gouvernement de la République centrafricaine, qui a été tenu à l’écart de la transaction, a immédiatement émis un communiqué officiel déclarant que l'opération n'était pas dans l'intérêt du peuple. L'affaire a ensuite été confiée à Saifee Durbar à cause d'un accord négocié sur le marché financier de Londres qui n’a pas tenu compte des intérêts stratégiques du gouvernement centrafricain. Durbar a engagé un bataillon d'avocats dans le but de forcer Areva à négocier. Le Président Bozizé a demandé 800 milliards de FCFA qui UraMin mines de l'Afrique centrale Bakuma dépôt. Ce montant est censé représenter les droits du pays dans la reprise. C’est ce qui semblait être un traitement discriminatoire qui a en outre provoqué la colère du gouvernement. En effet, la Namibie et l'Afrique du Sud ont vu leurs intérêts respectifs pris en compte à la conclusion de la transaction. Mais ce n'était pas le cas pour la République centrafricaine. Ce n'est que quelque temps après, et avec la pression, que le groupe Areva a signé la convention le 1er août 2008 avec le gouvernement centrafricain en précisant qu'elle devrait payer 40 millions de dollars sur une période de cinq ans. En Octobre de cette même année, il y a eu de nouveaux développements. Le constructeur nucléaire français a cédé 49% d’UraMin à la compagnie électrique chinoise CGNPC pour un milliard de dollars. À ce jour, cet accord laisse encore beaucoup de goût amer dans la bouche dans le pays de François Bozizé.


AW
Réactions

Interrogé par notre journal, l'Elysée mis en cause dans cet entretien n'a pas souhaité répondre aux commentaires de Durbar Saifee. Il affirme "qu'il a été condamné pour fraude et il est surpris que la République centrafricaine ait accordé à une telle personne un poste ministériel."

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales