Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 00:47

BISSAU (AFP) mercredi 04 mars 2009 

Le chef de l'Etat par intérim de Guinée-Bissau, Raimundo Pereira, président sortant de l'Assemblée nationale et proche de l'actuel Premier ministre, aura la difficile tâche de mener le pays à de nouvelles élections présidentielles en 60 jours.

 

Il a prêté serment mardi, selon un schéma de succession conforme à la Constitution, à la suite de l'assassinat lundi par des militaires du président Joao Bernardo Vieira.

 

Agé de 52 ans, ce juriste de formation, diplômé de la faculté de droit de Lisbonne, a fait toute sa carrière politique au Parti Africain pour lIndépendance de Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), l'ex-parti unique.

 

Il a gravi tous les échelons du parti jusqu'à en occuper actuellement le poste de vice-président.

Au centre du jeu politique depuis quasiment 34 ans dans ce petit pays d'Afrique de l'Ouest, le PAIGC, fondé en 1956, a conduit la colonie portugaise à l'indépendance en 1974 et est resté pendant 20 ans un parti unique.

 

Grand vainqueur des élections législatives de novembre, saluées par la communauté internationale, il est majoritaire à l'Assemblée avec 67 sièges sur 100.

M. Pereira avait été nommé président de l'Assemblée nationale en décembre dernier, dans la foulée de cette victoire électorale.

 

Il est considéré comme l'homme de confiance de Carlos Gomes Junior, nommé Premier ministre en décembre également et qui entretenait de mauvaises relations avec le président assassiné.

 

Ancien ministre de la Justice, M. Pereira a aussi dirigé la Radio nationale en 1989, puis la Télévision dans sa phase expérimentale en 1991.

 

Mardi, les députés ont voté l'application de la Constitution, selon laquelle le président de l'Assemblée devient le président par intérim, après l'assassinat du président Joao Bernardo Vieira. Soixante-dix députés sur 100 ont voté le texte.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches