Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 12:50

Bangui, 2 mars (ACAP)- Les soutenances de thèses de doctorat en médecin de 23 ème et 24 ème promotion ont démarré lundi 02 mars 2009 à l’université de Bangui, en présence de vingt quatre membres du jury dont huit venus d’autres universités d'Afrique Centrale et de France.

 Pour ces deux promotions, 39 étudiants, dont 8 femmes de la République Centrafricaine et du Cameroun, présenteront durant deux jours les résultats de travaux de recherches qu’ils ont menés sur différents thèmes allant des aspects actuels du paludisme au complexe pédiatrique de Bangui à l’évaluation de l’efficacité des antirétroviraux, à la cirrhose du foie ou aux cancers colorectaux, en passant par les complications des avortements clandestins et la prévalence des troubles psychiatrique en milieu carcéral.

Parmi les premiers impétrants à faire face au jury, lundi dans la matinée, il convient de signaler M. Edgar Djimbélé Béradjé qui a présenté les résultats d’une étude consacrée à une affection peu connue appelée « gangrène de fournier », qui attaque les organes génitaux masculins.

Interrogé par l’ACAP à l’issue de son face-à-face avec le jury, M. Djimbélé a indiqué avoir choisi ce thème en raison des risques de décès ou de troubles des rapports sexuels liés à cette maladie causée par les mauvaises conditions d’hygiène et de nutrition ou par la baisse de l’immunité due au vih/sida.

Selon le professeur Nestor Mamadou Nali, ce travail a été très intéressant, du moment où l’étudiant travaille sur une maladie qui est peu connue par les patients, voire par certains praticiens.

«Les femmes peuvent contacter cette maladie, mais pour le moment le cas a été constaté seulement sur les hommes et quelques enfants au niveau de l’hôpital de l’Amitié et du complexe pédiatrique de Bangui », a déclaré le Professeur Nali.

Il s’est réjoui du déroulement de ces soutenances et a félicité les étudiants et leurs directeurs de thèse pour la qualité du travail fourni.

La session de soutenance de thèses entamée ce 2 mars devrait porter à 395 le nombre de médecins formés par la Faculté des sciences de la santé (FACSS) de l’université de Bangui depuis sa création en 1981.

 

Lundi 02 Mars 2009

Nina Gbagbo/ACAP

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches