Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 17:28

  


BANGUI - Un militaire a été tué tôt vendredi et un blessé dans l'attaque contre une unité d'élite de l'armée centrafricaine à Bossembélé 160 km au nord de Bangui menée par des rebelles présumés qui se sont enfuis avec des prisonniers, a appris l'AFP d'une source officielle centrafricaine.


Joint par l'AFP, le Haut Commandement de l'armée centrafricaine a indiqué être en train de faire des recoupements et de prendre des dispositions pour ramener l'ordre dans le secteur, sans plus de détails.

"Les assaillants sont venus par plusieurs dizaines, ils ont saccagé la base du bataillon de protection spéciale de la Sécurité présidentielle" à Bossembélé, " il y a eu un tué et un blessé du côté des Faca (Forces armées centrafricaines)", a déclaré un responsable au ministère de la Défense.


Aucun bilan n'était disponible pour les auteurs de cette attaque menée, selon lui, par "la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP)", mouvement rebelle jusqu'alors inconnu.


Ces éléments "se sont emparés de quelques armes et de munitions. Avant leur retrait, ils ont libéré des prisonniers. (...) Tous sont parvenus à s'enfuir. Selon nos informations, ils ont pris la direction de Bossangoa", à 150 km au nord de Bossembélé, a ajouté la même source.


Les assaillants auraient reçu l'appui "de quelques éléments de la Sécurité présidentielle", qui se seraient également enfuis, a-t-elle indiqué, refusant d'évoquer une mutinerie ou une désertion.


Un militaire de cette unité joint par l'AFP à Bossembélé a fait état d'un collègue tué, précisant que l'assaut a été lancé vendredi "vers 01H00 du matin (00H00 GMT)" par une cinquantaine d'hommes, en majorité "habillés de boubou" parmi lesquels figuraient des militaires.


Selon lui, les assaillants ont ensuite "libéré des éléments rebelles" capturés en décembre au Soudan et remis à la Centrafrique, avant de s'enfuir. Ces prisonniers avaient été transférés en janvier de Birao (nord-est) à Bossembélé.


La Centrafrique tente de sortir de plusieurs années de rébellions, mais également mutineries et coups d'Etat qui l'ont rendue instable et ont ravagé son tissu économique et social.

(©AFP / 13 février 2009)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches